2020: un repêchage faste pour le Canada

En ce 1er juillet, j’ai décidé d’aller chercher votre fibre canadienne.

Après avoir dressé le portrait des plus beaux espoirs de la LHJMQ en vue du repêchage 2020, il est maintenant de mise de regarder comment se dessine le prochain encan pour ce qui est des joueurs canadiens.

 

Des années de vaches (canadiennes) maigres

Il faut l’avouer, les joueurs canadiens, autrefois si dominants au repêchage de la LNH, ont clairement perdu du terrain au profit des États-Unis, de la Suède et de la Finlande.

Pour ce qui est des premiers choix, le Canada vit ses pires moments depuis le premier repêchage de la LNH en 1963. En incluant l’encan 2020, ça fait 4 ans en ligne que le premier joueur réclamé n’est pas natif du Canada. Ce n’était jamais arrivé en 57 ans.

En 2018, il a fallu attendre le 4e rang avant de voir le premier joueur canadien repêché. Pire encore, seulement 2 des 10 premiers choix de 2018 étaient originaires du Canada.

En 2017 c’est le joueur suisse Nico Hischier qui a été préféré au Canadien Nolan Patrick au tout premier échelon. En 2016, l’Américain Auston Matthews et le Finlandais Patrik Laine ont été les deux premiers joueurs sélectionnés. Oui, Pierre-Luc Dubois est venu un peu sauver l’honneur du Canada au troisième rang, mais le seul autre Canadien du top 10 a été Tyson Jost, réclamé au 10e échelon.

 

Retour en force du Canada

Heureusement, ça s’annonce beaucoup mieux pour le Canada en 2020. Si on se fie au site Elite Prospects, qui a dressé sa liste des 31 meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage de la LNH, on devrait avoir beaucoup plus de joueurs canadiens appelés lors de la première ronde.

Alexis Lafrenière est toujours pressenti pour être le premier joueur sélectionné. Au deuxième échelon, on retrouve l’attaquant des Wolves de Sudbury Quinton Byfield. Cole Perfetti, Justin Barron et Jamie Drysdale complètent le top 10 avec les positions 8 à 10. Entre les deux premiers et les trois derniers, on retrouve trois Suédois, un Finlandais et un Allemand.

Au total, 14 des 31 meilleurs espoirs sont natifs du Canada. Si on inclut le Suisse Théo Rochette et l’Autrichien Marco Rossi, on a 16 joueurs évoluant dans un des trois circuits juniors canadiens qui pourraient être réclamés en première ronde l’an prochain.

 

Un creux de vague pour les États-Unis

Le programme de développement américain a fait bonne figure lors des derniers repêchages. Ça s’annonce toutefois moins rose pour 2020. En effet, seulement trois joueurs américains font partie du top 31 du site Elite Prospects. Celui qui est le mieux placé est l’attaquant Dylan Peterson, au 12e rang. Suivent le défenseur Tyler Kleven (16e) et l’attaquant Ty Smilanic (20e).

Disons que c’est bien différent de ce qu’on a vu lors du plus récent repêchage. En 2019, 3 des 10 premiers choix et 7 des 15 premiers étaient natifs des États-Unis.

Via Elite Prospects