Kris Versteeg dépasse les bornes

Drama

L’attaquant des Flames Kris Versteeg est dans l’embarras à la suite du match de mardi contre les Canucks. Un internaute a mis en ligne un extrait de la partie dans lequel on entend l’un des joueurs crier «I’m gonna f*** your wife». Selon plusieurs partisans et internautes, c’est le numéro 10 de Calgary qui aurait prononcé ces mots.

Que ce soit Versteeg ou un autre, le joueur qui a crié cette obscénité devrait faire davantage attention à ce qui sort de sa bouche, à l’image de ce jeune hockeyeur qui a trouvé la meilleure façon d’arracher une dent qui est sur le point de tomber.

#HockeyGuy @podfathersshow

A post shared by Spittin' Chiclets (@spittinchiclets) on

Même si de nombreux amateurs de hockey ont une dent contre la publicité sur l’équipement des joueurs, ça n’a pas empêché l’équipe nationale suédoise de placer des autocollants du shampoing Head and Shoulders sur les jambières de ses trois gardiens de but: Jhonas Enroth, Linus Soderstrom et Magnus Hellberg.

Parlant de style particulier, Roger Federer et Andy Murray ont complètement adopté la mode écossaise lors d’un match de bienfaisance à Glasgow.

 

Pendant ce temps, un partisan du Canadien optait pour un style utopiste (ou visionnaire; ça dépend des opinions). Il lui faudra certainement beaucoup de patience avant que son chandail devienne un reflet de la réalité.

En terme de patience, l’entraîneur des Warriors de Golden State a prouvé qu’il était un champion.

Lors d’un point de presse avant le match de mercredi, Steve Kerr a dévoilé son alignement aux journalistes. Ceux-ci se sont empressés d’aller publier l’information sur Twitter. Pendant ce temps, plus personne ne posait de question au coach, alors celui-ci a décidé de se couper les ongles pour passer le temps. C’est une belle façon de se moquer gentiment des journalistes.

Les Bucks de Milwaukee sont eux, beaucoup moins gentils quand vient le temps de se moquer des Bulls de Chicago. Dans le cadre d’un concours, l’organisation des Bucks permet aux partisans de choisir 5 matchs auxquels ils voudraient assister. Chaque partie est représentée par une carte affichant la date du match, le logo de l’équipe adverse ainsi que son joueur vedette. Pour le match du 15 décembre contre les Bulls, c’est la mascotte de l’équipe qui figure sur la carte, une façon de rire des déboires de Chicago, qui n’a que 2 victoires en 9 matchs cette saison.

Cette blague à l’endroit des Bulls n’a toutefois rien à voir avec le traitement réservé à ce cheval de course en Australie. Le jockey Dylan Caboche a été suspendu pour deux semaines après avoir perdu la tête face à sa monture.