Maxime Comtois sort de son silence pour dénoncer la cyberintimidation

Hockey
Crédit photo - North Shore News

En raison d’un tir de pénalité raté, le capitaine d’Équipe Canada Junior a été la cible de centaines de messages d’intimidation sur Instagram la semaine dernière.

Certains commentaires sont allés très loin, de l’insulte à l’invitation au suicide.

 

Le message de Maxime Comtois

Hier, le jeune hockeyeur québécois a brisé le silence sur cette situation. Il a notamment expliqué l’importance du Championnat de hockey junior pour lui et tous les autres joueurs qui y ont participé. Maxime Comtois explique aussi que la défaite face à la Finlande s’est révélée être l’une des plus difficiles qu’il a vécues. Le joueur des Voltigeurs de Drummondville a remercié ceux qui l’ont supporté à la suite de la vague de haine dont il a été la cible sur le Web.

Il a d’ailleurs tenu à rappeler que la cyberintimidation est une triste réalité que personne ne devrait subir. Il invite ceux qui en sont victimes à en parler avec des proches.

 

Un gros bravo

Voici une façon très admirable de répliquer à cette histoire. L’intimidation, qu’elle soit en ligne ou pas, laisse souvent d’importantes séquelles à ceux et celles qui en sont victimes. Il n’y a aucune bonne raison d’intimider une personne, qu’il s’agisse d’un collègue de classe, d’un athlète professionnel ou d’un artiste populaire.

S’attaquer à un sportif parce qu’on n’est pas satisfait de ses performances n’a aucun sens. Le sport doit demeurer un divertissement. C’est bien d’être passionné, mais si ça vous pousse à insulter et intimider quelqu’un, c’est que c’est clairement devenu malsain. Après tout, ça demeure juste du sport. Comme dirait Carey Price, «Chill Out!»