L’Océanic coule le Drakkar via son jeu de puissance

Hockey
Crédit photo - Capture d'écran LHJMQ

Un seul match était présenté dimanche dans la LHJMQ, le dernier avant que l’action ne débute dans la bulle de Québec.

L’Océanic de Rimouski rendait visite au Drakkar de Baie-Comeau.

Il s’agissait d’un cinquième affrontement en 17 jours pour ces deux formations.

Rimouski avait remporté les deux plus récents duels face à Baie-Comeau, à chaque fois par un écart d’un but.

Un match d’unités spéciales

Et hier, le duel s’annonçait encore serré au terme de la première période. En effet, Mikael Martel a marqué sur l’avantage numérique, à 14:16, mais moins de deux minutes plus tard, Xavier Fortin a répliqué pour le Drakkar.

Lors du deuxième vingt, Ludovic Soucy a redonné l’avance à Rimouski alors que Baie-Comeau purgeait une infériorité numérique pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire. Avant la fin de la période médiane, William Dumoulin a creusé l’écart quelques secondes avant la fin de la punition à Anthony Lavoie.

Le Drakkar n’a toutefois pas baissé pavillon et a répliqué en début de troisième période. Nathan Légaré a fait scintiller la lucarne sur le jeu de puissance. Il faut dire que l’Océanic venait de passer 1m45 à 3 contre 5. Isaac Belliveau venait à peine de revenir sur la patinoire lorsque Baie-Comeau a réduit l’écart à 3-2.

Deux minutes plus tard, le Drakkar est retourné en désavantage numérique, alors que Jérémy Jacques a été envoyé au cachot. L’Océanic n’a eu besoin que de six secondes pour profiter de sa supériorité numérique et se redonner une priorité de deux filets. Le but d’assurance a été inscrit par Sam Paré et l’Océanic a remporté la rencontre 4-2.

Statistiques du match

L’Océanic a donc capitalisé sur quatre de ses huit jeux de puissance. Du côté du Drakkar, on n’a été en mesure de profiter que d’un seul avantage numérique sur sept.

Baie-Comeau a légèrement eu le dessus au chapitre des tirs au but (25 vs 20). Malgré le nombre de pénalités décernées, peu de mises en échec ont été distribuées durant la rencontre. Les joueurs de l’Océanic en ont distribué neuf, contre sept pour le Drakkar.

L’attaquant Mikael Martel s’est mérité la première étoile, grâce à une performance d’un but, un passe.

La troisième étoile a été attribuée au défenseur Justin Bergeron, qui a récolté trois passes, en plus de décocher un total de cinq lancers.

Entre les deux joueurs de l’Océanic, l’attaquant du Drakkar Xavier Fortin a obtenu la deuxième étoile. Ce dernier a fini le match avec un but, un différentiel de +1 et cinq tirs.