Johnny Manziel se fait dire ses quatre vérités par un dirigeant de la XFL

Football

Le passage de Johnny Manziel chez les Alouettes n’a vraiment pas été couronné de succès. LE quart-arrière américain a pris part à 8 matchs avec la formation montréalaise l’an dernier, complétant 106 passes sur 165, pour des gains totaux de 1290 verges.

Il a ensuite été expulsé de la LCF et est présentement à la recherche d’un nouveau départ professionnel.

 

Manziel ne jouera pas à Dallas

En janvier 2018, Johnny Manziel avait signifié sur Twitter qu’il souhaitait évoluer dans la XFL. Il avait tweeté pendant la conférence de presse de la ligue.

La semaine dernière, le directeur du personnel des joueurs des Renegades, une formation de la XFL, a expliqué pourquoi il ne voulait pas recruter Manziel.

En entrevue au Dallas Morning News, Daryl Johnston a expliqué que lorsqu’il était à San Antonio, dans la AAF, il avait passé son tour sur Manziel et qu’il le referait encore aujourd’hui. Pour Johnston, la chimie dans un vestiaire de football est vitale et le quart-arrière y joue un rôle essentiel. C’est le joueur qui donne le ton pour l’ensemble de l’unité offensive, mais également pour le reste de l’équipe. Ce poste vient avec beaucoup de responsabilités. Le quart-arrière est le visage et la voix de la formation.

Et pour Daryl Johnston, Johnny Manziel n’a pas les qualités requises pour prendre tout ça sur les épaules. Il n’a pas démontré qu’il avait la constance et la personnalité pour assumer un tel rôle. Johnston ne sentirait donc pas à l’aise de confier un poste de quart-arrière à celui qu’on surnomme «Johnny Football».

 

Appelons-le simplement Johnny Manziel

D’ailleurs, il faudra peut-être commencé à s’interroger sur la pertinence du surnom de «Johnny Football».

Les difficultés répétées de Johnny Manziel au cours des dernières années et son incapacité à s’établir dans différentes ligues ne lui permettent plus légitimement de voir le nom de son sport ajouté à son prénom.