On peut arrêter de dire que Carey Price est le meilleur gardien de la LNH

Martin Brodeur est certainement l’un des meilleurs gardiens de l’histoire de la LNH. Il a trois Coupes Stanley à son palmarès, en plus de 4 trophées Vézina. C’est Martin Brodeur qui détient le record pour le nombre de victoires et de blanchissages dans toute l’histoire de la ligue. Personne ne peu nier qu’il obtient une place de choix parmi les gardiens de la LNH. En entrevue à l’Agence QMI, Brodeur affirme que Carey Price est le meilleur gardien de la LNH. Cette affirmation, on l’entend ad nauseam de la bouche d’analystes, de joueurs et d’ex-joueurs de la ligue. Pourtant, qu’a fait Carey Price dans la LNH pour se mériter ce titre?

 

La vue d’ensemble

On dirait que la saison 2014-2015 a aveuglé tout le monde et que depuis cette campagne, plus rien ne compte. Carey Price avait alors connu une année de rêve, récoltant 44 victoires, un record d’équipe, en plus de mettre la main sur les trophées Vézina, Hart, Jennings et Lindsay. Mais une saison ne fait pas une carrière. On peut être d’accord pour dire que cette année-là, il a été le meilleur gardien de la LNH. On peut aussi s’entendre pour dire que Price est encore un des bons gardiens dans la ligue, mais le meilleur? C’est pas mal plus difficile à prouver.

 

Les victoires

Depuis son arrivée dans la LNH lors de la saison 2007-2008, Price est 6e pour le nombre de victoires avec un total de 285 au cours des 11 dernières saisons. Durant la même période, Henrik Lundqvist en a récolté 363. Derrière Lundqvist, on retrouve Marc-André Fleury qui a 340 victoires depuis que Price est arrivé dans la ligue. Fleury a en plus trois Coupes Stanley à sa fiche. Pekka Rinne, Roberto Luongo et Ryan Miller ont tous récolté plus de victoires que Price depuis 2007-2008.

 

Pourcentage d’efficacité

Carey Price a une moyenne de 91,9% d’efficacité en carrière. Entendons-nous bien: c’est une très bonne moyenne, mais on ne peut pas dire que Price se détache du groupe. Il a la même moyenne que Lundqvist, Luongo et Crawford au cours des 11 dernières saisons. Pendant cette période, Tuuka Rask (92,2%), Braden Holtby (92%), Serguei Bobrovsky (92%), Tim Thomas (92,4%)et Cory Schneider (92,1%) ont tous une meilleure moyenne que Price, alors que Pekka Rinne (91,8%), Jonathan Quick (91,6%), Craig Anderson (91,7%), Jaroslav Halak (91,6%) et plusieurs autres ont des fiches qui se comparent à celle du gardien du CH.

 

Moyenne de buts alloués

Pour le nombre  de buts alloués par match, Price est à 2,45 depuis 2007-2008. Durant cette période, plusieurs gardiens ont fait mieux: Rask (2,24), Quick (2,28), Crawford (2,36) Lundqvist (2,37), Rinne (2,37), Holtby (2,40), Luongo (2,40) et Fleury (2,44). Plusieurs autres ont aussi des moyennes proches de celle de Price.

 

En séries

Le vrai test pour un joueur de la LNH, peu importe sa position, c’est le grand tournoi printanier. Or, s’il y a une facette du jeu sur laquelle Price a déçu depuis le début de sa carrière, c’est bien en séries. En 60 parties éliminatoires, Price en a remporté 25, cumulant un pourcentage d’efficacité de 91,4% et une moyenne de buts alloués de 2,53. Ce n’est pas mauvais, mais pas fabuleux non plus. De plus, on est en-deçà de ses statistiques en saison régulière.

Depuis l’arrivée de Price dans la LNH, 11 gardiens ont récolté plus de victoires en séries que le gardien du Canadien. Tim Thomas en a obtenu 29 en seulement 51 rencontres. Chris Osgood en a aussi récolté 29 en 41 matchs. Tuukka Rask a 30 victoires en 53 rencontres en séries. Antti Niemi (oui, oui, Niemi!) a gagné 36 parties sur 67 en séries.

Au niveau du pourcentage d’efficacité, Tim Thomas (93,2%), Tuukka Rask (92,8%), Matt Murray (92,8%), Henrik Lundqvist (92,4%), Jonathan Quick (92,1%) ne sont que quelques-uns des gardiens qui ont beaucoup mieux fait que Price en séries depuis 2007-2008.

 

Price n’est pas le meilleur

Carey Price a peut-être la meilleure technique, mais depuis quand est-ce qu’on ne considère que l’aspect technique dans le sport? La volonté de gagner, le travail acharné, le leadership, la confiance et l’attitude sont tout autant nécessaires pour faire d’un sportif un athlète élite. Michael Jordan n’est pas devenu Michael Jordan en une seule saison. Wayne Gretzky n’est pas devenu le meilleur au monde après une saison. Même chose pour Serena Williams, LeBron James, Ronaldo, Federer, Messi, Lemieux, Tiger Woods, etc. Carey Price a les capacités pour être le meilleur, mais il lui manque la constance pour réellement prétendre à ce titre.