Christophe Perreault

Erik Karlsson est finalement échangé aux Sharks

Drama
Embed from Getty Images

Après des mois de spéculation, on a finalement eu droit à une conclusion dans le dossier Erik Karlsson. Le défenseur des Sénateurs d’Ottawa a été échangé aux Sharks de San Jose. C’est surprenant que les Sens aient accepté de bouger avec les Sharks à nouveau après le fiasco Mike Hoffman. On se rappelle que les Sharks l’avaient acquis d’Ottawa avant de l’envoyer en Floride dans la même journée alors que les Sénateurs l’avaient échangé à San Jose pour éviter qu’il reste dans la division.

Pour revenir à Karlsson, les Sharks profitent encore une fois de la pressure interne qui force Ottawa à bouger plus tôt que prévu. Ça a évidemment baissé le pouvoir de négociation des Sens, qui ne peuvent pas ressortir gagnants en échangeant Erik Karlsson même s’ils obtiennent plusieurs atouts en retour.

En retour de Karlsson, les Sens reçoivent Chris Tierney, Dylan DeMelo, les espoirs Josh Norris et Rudolfs Balcers, un choix de première ronde en 2019 ou 2020 (à cause des conditions de l’échange d’Evander Kane, si San Jose rate les séries cette année, ce sera celui de 2019 alors que ce sera celui de 2020 sinon) et un choix de 2e en 2019. Il y a également un choix de 2e tour en 2021 si le défenseur signe une prolongation à San Jose et il devient un choix de première ronde si les Sharks se rendent en finale de la Coupe Stanley en 2019. Si jamais San Jose échange Karlsson à une équipe de l’Est avant la fin de la saison 2018-19, Ottawa reçoit un choix de première ronde avant 2022. Francis Perron prend aussi la route de San Jose avec Karlsson.

Les Sens se sont donc protégés du scénario Mike Hoffman dans cette transaction. Ils ont aussi été se chercher deux choix au repêchage intéressants en plus de deux joueurs qui vont aider leur profondeur. Pour ce qui est des espoirs, Josh Norris avait été le 19e choix du repêchage de 2017 alors que Balcers est un ailier de 21 ans qui a récolté 48 points en 67 matchs dans la AHL l’an passé. Il représente peut-être une amélioration par rapport à Perron, mais pas tant que ça.

Ce qui est incroyable par rapport à son arrivée à San Jose, c’est que les Sharks ont maintenant une ligne bleue qui comprend probablement les deux meilleurs défenseurs offensifs de la LNH avec Brent Burns et Karlsson. Ça va certainement créer une attaque explosive (et beaucoup de travail pour Marc-Édouard Vlasic).

C’est toujours surprenant quand un joueur de la trempe d’Erik Karlsson est bougé parce que ça n’arrive pas dans la LNH, mais en même temps, il est dans les rumeurs depuis un bon moment parce que les Sénateurs ne pourront pas payer le prochain contrat de celui qui sera agent libre sans restriction en 2019. Apparemment, il ne faut se surprendre qu’il atterrisse à San Jose puisque selon John Shannon, il y avait une entente de principe à la date limite, mais elle est tombée à l’eau quand il a fallu la faire approuver par les propriétaires. On savait aussi qu’aujourd’hui était une bonne possibilité si cet échange allait finir par se concrétiser.

C’est difficile de ne pas établir les Sharks comme grands gagnants dans cette transaction. Ils viennent de mettre la main sur un joueur élite qui va leur donner une ligne bleue unique dans la LNH et pour ce faire, ils n’ont pas eu à donner de jeunes valeurs sures comme Timo Meier ou Tomas Hertl.

Les Sens doivent maintenant frapper un coup de circuit avec un ou deux de ces choix en plus d’espérer que Josh Norris devienne un centre de top six dans la LNH. C’est improbable que tout ça survienne alors que Norris a été limité à 23 points en 37 matchs dans la NCAA l’an passé. Pour se donner une idée, il n’était même pas dans le top 100 des espoirs repêchés de Corey Pronman. Il risque donc de se rendre dans la LNH, mais ce n’est pas lui qui va compenser le départ de Karlsson.