Un joueur des Panthers aurait caché une commotion pendant un mois l’an passé

Drama

À cause de quelques poursuites d’anciens joueurs suite à leur gestion des commotions cérébrales dans le passé, la LNH ne manque aucune occasion pour nous rappeler qu’elle fait maintenant plus attention à ces blessures et qu’elle protège ses joueurs à ce niveau.

C’est cette stratégie marketing qui fait en sorte que le tweet d’un journaliste sur le beat des Panthers, Harvey Fialkov, publié mercredi après-midi est si frappant. Ce tweet est venu alors que Fialkov discutait de la situation d’Al Montoya, qui a subi une blessure à la tête ou au cou, et qui a dû passer le protocole de commotion cérébrale de la LNH.

Le journaliste a dit que plusieurs joueurs tentent maintenant de cacher leurs symptômes de commotion cérébrale puisqu’ils savent que ça leur fera mal lorsqu’ils deviendront agents libres. Il a appuyé ce point en disant qu’un joueur des Panthers a réussi à cacher une commotion cérébrale pendant un mois l’an passé. On imagine que si Fialkov le sait, c’est que le joueur s’est fait prendre, mais 1 mois, c’est quand même long!

Ce n’est pas incroyablement surprenant de voir des gars cacher des blessures, que ce soit pour gagner plus d’argent éventuellement ou tout simplement pour rester dans la ligue. Après tout, ça fait partie de la culture de la ligue et la tolérance incroyable des joueurs envers la douleur est quelque chose qui est appréciée par à peu près tous les fans.

Par contre, il y a un processus spécial pour les commotions cérébrales pour une raison. Ces blessures ont un impact à long terme et quand elles ne sont pas guéries proprement, elles deviennent dangereuses. Je suis certain que l’équipe médicale des Panthers fait du bon travail, mais ils ne peuvent pas faire des miracles quand un gars leur cache ses blessures et la ligue doit s’assurer que son environnement ne permette pas ce genre de comportement.