Tim Bozon : «Bergevin a fait du bon travail avec tous les choix qu’il a faits depuis qu’il est en poste»

Drama

À tous les samedis, 25stanley vous présente une entrevue avec une personnalité sportive. Pour cette nouvelle chronique hebdomadaire, nous avons réussi à avoir Tim Bozon dans notre tableau de chasse.

Tim Bozon, sélectionné au 3e tour du dernier encan de la LNH, est heureux d’avoir été repêché par les Canadiens de Montréal. «Je suis vraiment content, c’est quelque chose que j’ai jamais pensé ou rêvé que d’être choisi par les Canadiens quand j’étais plus jeune.»

Lorsque Trevor Timmins a mentionné Tim Bozon dans le micro du CONSOL Energy Center, le principal intéressé a senti un allègement : «C’était un feeling assez spécial, je commençais à devenir vraiment nerveux de ne pas entendre mon nom, que c’était un soulagement.»

Après une saison de 71 points en autant de matchs, le jeune français prend la saison morte pour s’entraîner et revenir en forme pour la prochaine campagne. «Je ne pense pas à cela maintenant (en parlant de son avenir dans le hockey), on verra bien où je jouerais lors de la saison 2012-2013. Je dois d’abord me concentrer sur mon club à Kamloops (avec les Blazers), continuer de progresser, faire une grosse saison et tout deviendra possible…» Donc Bozon n’a pas de préférence en ce qui concerne l’équipe avec laquelle il chaussera les patins lors de la nouvelle saison. À noter que ce sera fort probablement avec les Blazers de Kamloops.

Bien sûr, le fils de Philippe Bozon m’a parlé des Canadiens de Montréal et, également de son père, qui a joué avec les Blues de St-Louis dans la LNH dans les années 90. Le numéro 15 des Blazers de Kamloops m’a mentionné qu’il ne connaît pas Michel Therrien, l’entraîneur du Tricolore, mais que le directeur général, Marc Bergevin, a réalisé de bons coups depuis son arrivée à la barre de la formation montréalaise. «Je ne connais pas le coach, mais je sais que Marc Bergevin a fait du bon travail avec tous les choix qu’il a faits depuis qu’il est en place et, surtout, lors du repêchage avec de très gros noms sur papier.»

Évidemment, Bozon ne s’est pas caché que son père est une source de motivation pour lui et qu’il l’aide grandement dans sa progression. «Il me donne beaucoup de conseils qui me motive à travailler fort et à devenir un meilleur joueur de hockey. Il a l’expérience, alors on peu qu’avoir de bons conseils.»

En terminant, l’athlète de 18 ans a une admiration pour les joueurs européens. «J’aime bien les joueurs européens qui ont du succès dans la LNH.» Donc voici les hockeyeurs qu’il préfère davantage dans le circuit Bettman : «Je regarde beaucoup Anze Kopitar (Kings Los Angeles), Loui Eriksson (Stars Dallas) et Jeff Skinner (Hurricanes Caroline) comme joueur canadien.»

P.S. Vous pouvez suivre Tim Bozon sur Twitter -> @timbozon94.