Quatre plateaux et une première hier soir dans la LNH

Drama

20 équipes étaient en action hier soir dans LNH et plusieurs importants plateaux ont été atteints.

Il y a bien sûr Shea Weber qui a obtenu son 500e point en carrière.

Du côté de Los Angeles, les statisticiens ont également eu une énorme soirée et surtout une grosse troisième période.

Deux plateaux pour Gaborik…

Marian Gaborik a pris les choses en main alors que le Wild menait 2-1 après deux périodes. L’attaquant slovaque a marqué 2 buts et aidé les siens à l’emporter 5-2.  Le second but de Gaborik était son 400e en carrière. Il est le 94 joueur à atteindre ce plateau dans l’histoire de la LNH. Comme si ce n’était pas assez, ce 400e but de Gaborik était aussi son 800e point en carrière. Il a atteint ces deux plateaux en seulement 996 matchs.

Et un plateau pour Anze Kopitar

Le 400e but de Gaborik a été rendu possible grâce à une mise en jeu remportée par Anze Kopitar. Le joueur de centre des Kings a donc obtenu sa 500e passe sur ce but de Gaborik. Trois plateaux en un seul but, c’est quand même pas mal!

Enfin un premier jeu blanc pour Jacob Markstrom

Du côté de Vancouver, c’était un peu moins glorieux, mais les Canucks ont tout de même souligné le premier jeu blanc en carrière de Jacob Marstrom. Le gardien suédois aura dû attendre 115 départs dans la LNH avant d’obtenir un blanchissage.

Il faut dire que ce choix de deuxième ronde en 2008 a joué pour les Panthers durant leurs années creuses et pour les Canucks depuis qu’ils sont en reconstruction. On lui souhaite de ne pas devoir attendre 115 matchs avant de récolter son deuxième jeu blanc!

Markstrom a d’ailleurs évité l’humiliation de détenir le record du plus grand nombre de matchs joués sans blanchissage. Cette marque appartient à Eldon Reddick, qui a joué pour les Jets, les Oilers et les Panthers dans les année 80 et 90. Celui qu’on surnommait «Pokey» a disputé 132 matchs durant sa carrière sans enregistrer un seul jeu blanc.

L’autre haut fait d’armes de Reddick aura été de s’être fait sévèrement plaqué par Dave «Tiger» Williams lors de la saison recrue du gardien. Cette mise en échec brutale explique peut-être pourquoi Reddick a été incapable d’obtenir un seul blanchissage durant sa carrière.