PyeongChang: 1200 agents de sécurité écartés des Jeux à cause d’une épidémie de gastro

Drama

Un virus cause des maux de tête, ou plutôt des maux de ventre, aux organisateurs des Jeux de PyeongChang. Une épidémie de gastro a forcé le comité sud-coréen à ne prendre aucune chance et renvoyer à la maison 1200 agents de sécurité. 41 d’entre eux ont affirmé souffrir de diarrhées et de nausées. Ils ont été envoyés à l’hôpital où les médecins leur ont diagnostiqué un norovirus, qui est la source la plus répandue de gastro-entérite.

Les organisateurs ont réagi promptement pour éviter que l’épidémie se propage chez les athlètes participant aux Jeux. Les 1 200 employés qui auraient pu être infectés ont été remplacés par des militaires.

La Corée du Sud assure que les délégations ne sont pas à risque, puisque le personnel touché était logé dans un édifice séparé du village olympique, où vont résider les athlètes.

PyeongChang veut éviter de vivre la même situation que lors des championnats d’athlétisme de Londres de 2017. Une autre épidémie de gastro avait empêcher une trentaine d’athlètes de participer aux épreuves.

Depuis quelques semaines, les deux Corées sont aux prises avec une vague de grippes porcines et aviaires. Des mesures draconiennes ont été prises pour éviter que ça mette en péril les olympiades qui vont débuter vendredi. Un million de poulets et environ 500 000 œufs ont été détruits par la Corée du Sud.