Patrice Bergeron et Tuukka Rask ont de quoi rendre les fans des Bruins nerveux

Drama

Non seulement les Bruins de Boston ont perdu 5-3 contre les Capitals de Washington mercredi soir, mais leurs fans doivent aussi s’inquiéter de la santé de deux de leurs joueurs clés. Patrice Bergeron et Tuukka Rask ont tous deux eu un problème médical lors de la rencontre et on ne sait pas encore s’ils ont évité le pire ou s’ils sont corrects.

C’est quand même bon de préciser que Rask a dit aux médias que ce n’était rien de majeur. Ceci étant dit, il a précédé ce commentaire en disant qu’il avait entendu son aine poppé en 3e période, donc on peut se demander s’il a vraiment raison de ce côté. Le gardien des Bruins semble s’être blessé sur un lancer sur réception d’Alex Ovechkin. Il a démontré qu’il n’était pas ultra confortable par la suite, mais il est resté dans le match.

D’ailleurs, c’est aussi un lancer sur réception en 3e période qui a blessé Patrice Bergeron. Ce dernier a reçu un lancer de Matt Niskanen sur le genou. Il a eu besoin d’aide pour quitter la glace et il alternait entre la glace et le vestiaire pendant le reste du match. Bergeron a été aperçu en train de boiter après le match, donc ce n’est rien de trop encourageant pour les Bruins.

Ces derniers ne peuvent tout simplement pas se permettre une blessure à l’un de ces 2 joueurs alors qu’ils n’ont que 3 points d’avance pour leur place en séries. En plus, les Leafs, qui sont à leur poursuite, ont 6 matchs en main sur eux.

La différence entre Rask et les autres gardiens de Boston est frappante. Ce dernier a un % d’arrêts de 91,4% cette saison et les 3 autres cerbères qui ont porté l’uniforme des Bruins ont un % combiné de 87,19%, ce qui est tout simplement atroce. C’est la même chose pour Bergeron qui pilote le 1er trio des Bruins cette saison. Derrière lui, Marchand et Pastrnak, l’attaque de Boston est extrêmement mince. Krejci peut aider sur la 1ère ligne en son absence, mais il est plusieurs coches en-dessous du Québécois et sans lui, le reste de l’attaque est encore plus minable.

La blessure de Bergeron

Celle de Rask