Nouveau cas de triche chez les athlètes russes

Drama

Une enquête indépendante canadienne, nommée McLaren, a dévoilé un rapport qui conclu qu’un dopage généralisé a eu lieu chez les athlètes russes, durant les Jeux Olympiques de Sotchi, en 2014. McLaren, professeur à l’université Western, est même allé jusqu’à affirmer que ce système de dopage a été organisé par les services secrets russes, ainsi que le ministère des sports. Les laboratoires de Moscou et de Sotchi ont participé à brouiller les pistes en échangeant les échantillons positifs.

Grigory Rodchenkov, ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, a affirmé que des experts et des membres des services secrets russes se seraient déguisés en tant que travailleurs dans les laboratoires, et que ceux-ci en auraient profité pour remplacer les échantillons positifs, avec de l’urine propre, récoltée quelques mois plus tôt. Et l’investigation de Richard McLaren a confirmé ces allégations.

D’après le professeur, « Le ministère des sports russe a contrôlé, dirigé et supervisé les manipulations, avec l’aide active des services secrets russes ». Il a également déclaré qu’il était confiant dans les preuves émises dans le rapport, et que les résultats de l’enquête sont vérifiables.

C’est l’agence antidopage (AMA), qui avait demandé cette investigation, et a immédiatement requis l’exclusion de la Russie des grands événements sportifs internationaux, dont les Jeux Olympiques de Rio, cet été :« L’AMA appelle le mouvement sportif à empêcher la participation des sportifs russes aux compétitions internationales, y compris les Jeux de Rio, tant que la Russie n’aura pas réalisé un changement de culture. Le rapport McLaren a mis en évidence les abus de pouvoir les plus délibérés et choquants jamais vus dans l’histoire du sport. »

Ce n’est pas le premier rapport qui accuse les athlètes russes de dopage. En novembre dernier, un précédent rapport avait affirmé le cas de triche chez les sportifs du pays, et la Fédération Internationale d’Athlétisme (IAAF) avait suspendu, à l’époque, la Russie de toute compétition d’athlétisme à l’internationale.

Au total, l’enquête indépendante a retrouvé des actions de dopage chez 139 athlètes, entre 2011 et 2015, qui avaient, préalablement disparus. Le Kremlin, lui, réfute ces accusations.