Montréal se rapproche de la Coupe du monde de soccer

Drama
Crédit photo - Wikimedia Commons

Un pas de plus aurait été franchi pour que Montréal ait la chance d’obtenir quelques matchs de la Coupe du monde de soccer de 2026.

Selon La Presse, les gouvernements du Québec et du Canada ont confirmé qu’ils seraient prêts à payer ensemble les 2/3 de la facture pour que des rencontres soient présentés dans la métropole québécoise. Le Québec, par le biais du ministre des Affaires municipales Martin Coiteux, se serait engager à payer le tiers des coûts relatifs à l’événement. Cette promesse formulée par écrit en mars dernier serait conditionnelle à la participation d’Ottawa et Montréal.

Du côté du fédéral, Sport Canada aurait écrit à la Ville de Montréal pour confirmer qu’elle pourrait financer jusqu’à 35% du coût total de l’événement.

 

La patience est de mise

Il faudra cependant attendre encore un peu avant de fêter la venue de certains des meilleurs joueurs de soccer au monde à Montréal. En effet, il faut d’abord attendre le 13 juin, date à laquelle la FIFA annoncera si elle a choisi la candidature nord-américaine ou celle du Maroc. Et même si c’est l’Amérique du Nord qui est gagnante, ça ne voudra pas nécessairement dire que Montréal accueillera des matchs.

Pour le moment, trois villes canadiennes (Toronto, Edmonton et Montréal) sont en lice pour accueillir des rencontres. Le comité nord-américain souhaiterait que chacune des villes présente des rencontres. Le Canada obtiendrait 10 matchs, tout comme le Mexique, alors que les États-Unis garderaient la part du lion avec 60 parties sur leur territoire. Une ville canadienne n’ayant pas été déterminée accueillerait 4 matchs, dont un de huitièmes de finale. Les deux autres villes présenteraient chacune 3 parties, dont une de seizièmes de finale.

C’est toutefois la FIFA qui aura le dernier mot sur les villes hôtesses et le nombre de matchs disputés dans celles-ci. Et il faudra patienter jusqu’en 2020 pour qu’elle rende sa décision et qu’on sache enfin si on aura la chance de voir du soccer de très haute qualité à Montréal en 2026.

 

Via Pierre-André Normandin, La Presse