Des partisans brésiliens incitent une jeune femme russe à crier «vagin rose» en portugais

Drama
Crédit photo - Capture d'écran Instagram

Une bande de partisans brésiliens ont vu leur geste imbécile devenir viral mardi. Dans une vidéo publiée sur divers médias sociaux, on peut voir plusieurs amateurs de soccer habillés aux couleurs de la Seleçao entourant une jeune femme russe et l’incitant à scander des «chants de soccer» en portugais. La femme qui ne parle définitivement pas le portugais, se retrouve à crier avec eux des obscénités telles que «boceta rosa», ce qui signifie «vagin rose». Il est clair que la jeune femme ne comprend pas un traître mot de ce qu’elle raconte.

La mannequin brésilienne Fernanda Lima est l’une de des nombreuses personnalités qui se sont insurgées face à cette vidéo.  Sur Instagram, elle a affirmé que ce type de blague était macho, misogyne et complètement honteux.

Une reporter colombienne agressée en direct à la télé

Des journalistes du monde entier sont actuellement en Russie pour couvrir la Coupe du monde de soccer. La reporter colombienne Julieth Gonzalez Theran était au beau milieu d’un lieu public de Saransk, en plein jour, en train de faire son reportage en direct, quand un homme l’a attrapé par l’épaule, a agrippé son sein et lui a donné un bec sur la joue. L’individu s’est ensuite sauvé en vitesse. La journaliste a conservé son calme durant l’incident, continuant son reportage comme si de rien n’était.

Un geste qui n’a pas sa place

Elle a toutefois réagi plus tard sur Instagram en affirmant qu’aucune femme ne méritait ce traitement. Hommes et femmes sont égaux en journalisme comme ailleurs. Elle souhaite partager son amour du foot, mais désire qu’on identifie clairement les limites entre l’affection et l’agression. Julieth Gonzalez Theran a également affirmé qu’elle avait passé deux heures dans cet endroit public pour se préparer pour son reportage. Elle n’a eu droit à aucun geste de cette nature, sauf lorsqu’elle est arrivée en direct. La journaliste estime que son agresseur a choisi le moment propice pour passer à l’action, mais que lorsqu’elle a terminé se reportage, il avait disparu.