Les joueurs ont accumulé plus de 100 M$ en bonus de signature pour le lock-out

Drama

Les bonus de signature font pas mal jaser cet été pour 2 raisons. La première est le fait qu’ils aient retardé deux transactions (Bernier et Brassard) parce que l’équipe qui a signé l’entente devait verser le bonus de signature du joueur échangé avant de l’envoyer vers sa nouvelle destination.

L’autre raison est pas mal plus intéressante et inquiétante pour le fan de la LNH. On sait que la prochaine possibilité de lock-out est en 2020 et considérant l’histoire récente de la ligue, un lock-out est pratiquement assuré à ce moment-là. Par contre, les joueurs (et les agents) comprennent cette situation et depuis quelques années, ils préparent leur contrat pour s’assurer d’avoir une protection de lock-out grâce aux bonus de signature.

Les joueurs veulent le plus de bonus possibles parce que ces montants ne peuvent pas être rachetés si l’équipe veut se défaire du contrat et qu’en cas de lock-out, ils reçoivent ce montant quand même. C’est le cas parce que les lock-out sont souvent déclarés en septembre et que ces bonus sont habituellement versés en juillet, ce qui permet donc aux joueurs de recevoir la majorité de leur salaire malgré la situation de travail douteuse.

Bien évidemment, ce ne sont pas tous les joueurs qui ont le talent nécessaire pour mériter ces bonus, mais il y en a de plus en plus. Dans son texte de mardi matin, Travis Yost de TSN a écrit que les joueurs ont déjà sécurisé plus de 100 M$ en bonus de signature pour l’année du lock-out (2020-21). Les seules saisons avec plus de bonus sont les deux prochaines (2016-17 et 2017-18), ce qui est normal puisque ces saisons sont couvertes par plus de contrats.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que les contrats valides en 2020-21 ont une moyenne de plus d’un M$ en bonus de signature. En comparaison, cette moyenne n’est même pas de 200 000 $ cette année. Il y a quelques facteurs qui influencent cette différence (les joueurs étoiles signent les longs contrats et ce sont eux qui reçoivent les bonus de signature), mais ça montre à quel point la stratégie est évidente.

C’est probablement une bonne nouvelle pour les fans de la LNH puisque dans un lock-out, ce sont les propriétaires qui ont l’avantage au niveau des négociations. Or, chaque bonus de signature érode ce pouvoir puisqu’en 2020, une bonne partie de leurs dépenses au niveau des salaires des joueurs sera versée avant le conflit. Ils auraient donc avantage à jouer une saison complète pour obtenir les revenus qui viennent avec ces dépenses.

C’est particulièrement vrai pour les équipes dans des marchés inférieurs, donc ça devrait créer une séparation chez les propriétaires, ce qui est notre meilleure chance d’éviter un conflit de travail. Il faut donc espérer que les joueurs continuent cette stratégie jusqu’au lock-out pour que ce montant continue de grandir et on n’a aucune raison de croire qu’ils vont arrêter. Ce sera vraiment intéressant de voir le chiffre final de la facture pour les propriétaires…

La répartition des bonus de signature

estimated-gross-signing-bonus