Les derniers détails dans le dossier Varlamov

Drama
Varlamov

À moins que tu sois sur une île déserte depuis 16 heures tu sais déjà que Semyon Varlamov est présentement en prison sous des accusations de kidnapping et voies de fait.

De nouveaux détails du dossier sont ressortis jeudi matin alors que la Russie était mise au courant de la situation. Voici tout ce que vous avez à savoir sur ce fiasco.

Le père de Semyon, Alexander Varlamov, a déclaré qu’aucun crime n’avait été commis. Il a ajouté que les médias avait gonflé la situation et qu’il n’y avait pas eu de kidnapping ou d’acte de violence. L’agent de Varlamov a également déclaré que son client était innocent.

Pendant ce temps, l’avocat de la victime a donné des détails sur l’incident qui, s’ils sont vrais, sont assez troublants. Il a mentionné que le gardien de l’Avalanche était saoul lors de l’incident et que ce n’était pas la première fois qu’il battait la victime. Selon lui, Varlamov aurait lancé la victime dans le mur ce qui aurait causé la chute de celle-ci. Après cette chute, Varlamov aurait continué son attaque avec ses pieds. Toujours selon l’avocat, la victime aurait été hospitalisé après l’incident. Voici le lien de l’entrevue.

AJOUT : Le rapport de police indique également que Varlamov aurait tiré sa victime par les cheveux. Varlamov aurait ajouté que s’ils étaient en Russie, il l’aurait battu encore plus. La police a également mentionné que la victime avait des contusions sur le bras gauche et sa hanche droite. La caution de Varlamov est de 5000$ et il pourra voyager après l’avoir payé. Toutefois, il ne pourra pas approché la victime.

En Russie, via Puck Daddy, un membre du gouvernement s’est demandé si tout cela n’était pas qu’une théorie de conspiration des États-Unis pour affaiblir l’équipe russe aux prochains jeux olympiques.

Pour ce qui est de la victime, son nom est Eugenia Vavrinyuk et elle a publié des détails de l’arrestation sur un média social russe avant de supprimer son compte. Voici les photos qu’elle a fournies à la station de Denver qui a interrogé son avocat.

Eugenia Vavrinyuk