Le côté très sombre de Shaun White, épisode 2: la contre-attaque

Drama
Crédit photo - Shaun White via Instagram

Hier, on vous parlait de cette histoire de poursuite pour harcèlement sexuel contre Shaun White. L’affaire a refait surface à PyeongChang mardi, puisque des journalistes ont demandé au snowboarder américain de commenter cette histoire.

En conférence de presse, Shaun White a d’abord répondu à un journaliste du réseau ABC que ces allégations étaient des rumeurs et qu’il ne souhaitait pas les commenter. Il a ajouté qu’il était fier de la personne qu’il est et que ses amis le supportaient. Lorsqu’un second journaliste a lui aussi voulu aborder le sujet, Shaun White a simplement dit merci et est passé à une autre question.

 

Cette réaction de l’athlète a irrité Lawrence Bohm, l’avocat qui représente Lena Zawaideh, la jeune femme à l’origine de la plainte contre Shaun White. Maître Bohm a émis une déclaration dans laquelle il explique que des «personnes très puissantes» empêchaient sa cliente de commenter ces allégations. En fait, Lena Zawaideh a conclu une entente hors cour avec le snowboarder. Elle a certainement dû accepter de l’argent, en échange de quoi elle laissait tomber ses accusations et promettait de ne plus commenter cette affaire. Son avocat, lui, ne s’est pas gêné pour réagir! Il a affirmé qu’en utilisant le mot «rumeurs» (gossip), Shaun White a minimisé la gravité du harcèlement sexuel en général. Il ajoute qu’en minimisant ses gestes, White amplifie le mal qu’il a fait à la jeune femme. Lawrence Bohn conclut en émettant le souhait qu’une enquête soit menée avant que les États-Unis désignent Shaun White comme «the Best of the U.S.»

 

Shaun White s’excuse

Cette déclaration de l’avocat a eu un impact certain sur White, puisque ce dernier a rapidement répliqué avec un communiqué. Il affirme regretter le comportement qu’il a affiché à l’époque, en particulier envers une amie. Il affirme qu’il a beaucoup changé depuis et qu’il est fier de la personne qu’il est aujourd’hui.

Puis, un peu plus tard, il est aussi revenu sur cette histoire en entrevue au réseau NBC. Il a admis qu’il avait très mal choisi ses mots en utilisant le terme «gossip», il a affirmé être désolé et a insisté sur le fait qu’il avait beaucoup changé.

Dossier réglé?

Dans le fond, Shaun White regrette sa façon d’avoir commenté l’histoire, mais regrette-t-il ses gestes? Durant son entrevue, il n’a pas nommé une seule fois sa victime alléguée, ni exprimé de réel regret vis-à-vis son comportement à son endroit. Il est désolé que cette histoire ternisse son image, mais jamais on ne sent qu’il regrette tout le tort qu’il a causé à la jeune femme. On a plutôt eu droit à un exercice de relations publiques minutieusement préparé. Le jeune homme a appris quelques lignes par cœur et s’est bien assuré de parler de lui et seulement de lui. Il ne faudrait surtout pas donner de l’importance à sa présumée victime qui, comme il l’a souvent dit lui-même, était une très bonne amie à l’époque.

Le harcèlement sexuel laisse des traces, encore plus lorsqu’il est commis de manière répétée pendant plusieurs années. Pourquoi est-ce que la personne ayant commis le harcèlement devrait pouvoir rapidement tourner la page sur ses gestes?