Le contrat d’un an de Shane Doan le paiera jusqu’en 2022

Drama

Il y a quelques jours, Shane Doan a signé un contrat d’un an avec les Coyotes de l’Arizona. Techniquement, cette entente est d’une valeur de 5 M$, mais il s’agit d’un contrat unique en son genre. Un site spécialisé en la matière, Cap Friendly, l’a décortiqué et on se rend compte que les Coyotes devront payer Shane Doan jusqu’en 2022 pour ce contrat d’une saison. C’est le cas parce que l’organisation de l’Arizona a utilisé une clause peu connue qui lui permet de faire des paiements différés à son capitaine.

Voici comment ce contrat est bâti. La partie la plus simple est le salaire de base. Shane Doan va avoir un salaire de 2,5 M$ qui va lui être versé pendant la saison 2016-17 peu importe ce qui arrive. Par la suite, s’il joue le nombre de matchs minimum, il aura droit à 2 bonus de performance de 500 000$. Le premier sera versé en 2018 et l’autre en 2019.

L’entente comprend également 6 bonus à la signature de 250 000$, mais aucun n’a été versé lorsque Doan a signé le contrat. Ils seront plutôt versés à chaque année entre 2017 et 2022. Au total, les Coyotes donneront donc 5 M$ à Doan, mais si l’on calcule la valeur du contrat en prenant compte de la variation de la valeur de l’argent dans le temps, l’entente valait 4,839 M$ au moment de la signature.

Si Doan atteint ses bonus de performance (ce qui est très probable parce qu’ils sont souvent bas pour les vétérans), il aura un impact de 5 M$ sur la masse salariale. Pourquoi donc est-ce que les Coyotes auraient opté pour ce contrat unique?

Une possible réponse est la flexibilité financière puisqu’ils ne paieront que 2,5 M$ cette saison et que la 2e moitié viendra au cours des 6 années suivantes. Pour une équipe qui ne nage pas dans l’argent, ça fait une différence. Techniquement, ils sauvent aussi plus de 100 000$ en retardant les paiements, ce qui est un bon bonus.

Pour ce qui est de Doan, j’imagine que c’est avantageux au plan fiscal puisqu’il recevra ces bonus après sa carrière, ce qui lui permettra d’éviter de payer le taux d’imposition de millionnaire. Ceci étant dit, ce n’est qu’une hypothèse de ma part et c’est bon de noter que mes connaissances en fiscalité sont assez rudimentaires. Ce qui est certain, c’est que ça lui a permis de conclure une entente en Arizona, ce qui était probablement sa priorité. Ce compromis lui permet également de recevoir l’argent qu’il voulait sans trop mettre les Coyotes dans le trouble financièrement parlant.