Lars Eller ne se fera pas d’amis avec de tels propos

Lars Eller décrit son arrivée avec les Capitals de Washington en un seul mot : « plaisir ». C’est ce qu’il ressent depuis qu’il s’est joint à l’équipe de la capitale américaine.

Même s’il connaît des moments difficiles avec l’équipe de Barry Trotz – le Danois a de la misère à trouver son rythme de croisière avec ses nouveaux coéquipiers – , au moins, il est heureux.

Pour ce qui est de la récolte de points à sa fiche, il vit les mêmes ratés qu’à Montréal. L’ancienne sélection de première ronde des Blue de St. Louis balaie du revers de la main l’option d’une trop grande pression sur lui lorsqu’il était avec la formation montréalaise.

«  Pour moi, ce n’était pas la principale raison. Il y avait certaines choses qui m’agaçaient, mais je n’en parlerai pas. Je ne souhaite pas rentrer dans les détails », a dit Eller au journaliste Jean-François Chaumont.

« Je peux simplement dire que le CH en général est parfois traité d’une façon injuste ou trop sévèrement. Mais ça fait partie de la nature d’une ville comme Montréal, où les partisans ont une grande passion pour leur équipe. Les médias sont aussi passionnés par l’équipe », a-t-il ajouté.

Montréal ne maintiendra pas la cadence…

L’ex numéro 81 des Canadiens se tient encore informé des résultats de la Sainte-Flanelle. D’ailleurs, il n’est pas étonné que son ancien club connaisse un tel début de saison.

« Le CH connaît toujours de bons départs. Tu affrontes plus les équipes de l’Association de l’Est lors du premier mois. Je voyais le Tricolore comme une équipe des séries et ce sera probablement le cas. Mais je doute que l’équipe maintienne un tel rythme », a-t-il conclu.

Eller a présentement marqué deux buts en 13 parties avec les Caps et il affiche un différentiel de +/- 0.