L’ancien quart-arrière des Alouettes Kevin Glenn a réussi ce que personne n’avait fait avant lui dans la LCF

Drama

Kevin Glenn est l’un des nombreux quart-arrières qui se sont succédés à Montréal depuis le départ de Calvillo. Comme plusieurs autres avant et après lui, il n’aura pas réussi à s’imposer comme un quart fiable et stable pour les Alouettes. La stabilité ne semble d’ailleurs pas faire partie de sa vie, puisque le joueur de 38 ans voyage pas mal. En fait, il voyage plus que quiconque dans la LCF.

Glenn a signé un contrat avec les Eskimos d’Edmonton hier et c’était la seule équipe de la CFL qui n’avait pas encore réussi à mettre la main sur l’Américain de 38 ans. Effectivement, Kevin Glenn est devenu lundi le premier joueur de la LCF à avoir appartenu à chacune des neuf équipes de la ligue. Pas mal pour un gars qui n’a même pas été repêché!

La folle épopée de Kevin Glenn

Tout ça a commencé avec les Roughriders de la Saskatchewan qui lui ont donné sa première chance en 2001. Trois saisons plus tard, en mai 2004, il a été échangé aux Argonauts, mais n’aura passé que quelques heures dans cette organisation, puisque Toronto l’a ensuite envoyé à Winnipeg.

Après cinq saisons chez les Blue Bombers, Glenn est devenu joueur autonome. Il a alors signé avec les Tiger-Cats, avec qui il a joué trois saisons avant d’être échangé aux Stampeders. Il a passé deux saisons à Calgary, puis lors du repêchage d’expansion de 2013, les Redblacks d’Ottawa ont mis le grappin sur Glenn. Pourtant, avant le début de la saison, il a été échangé aux Lions de la Colombie-Britannique. Après une saison difficile, les Lions ne l’ont pas re-signé. Il a alors effectué un retour en Saskatchewan en 2015. À la date limite des transaction de la même année, les Roughriders l’ont transigé aux Alouettes. Après une saison et demie à Montréal, Glenn a été envoyé aux Blue Bombers, avec qui il n’aura disputé qu’une seule rencontre lors de la saison 2016.

En janvier 2017, il effectue un troisième séjour chez les Roughriders, qui ont fini par le relâcher le 4 janvier dernier. 11 jours plus tard, les Eskimos se sont entendus avec lui pour un contrat d’une saison.

Le parcours de Glenn est assez incroyable. Même si le succès n’a pas toujours été au rendez-vous pour lui, on salue sa détermination de continuer à jouer à 38 ans, après avoir fait le tour de la ligue. Il faut aussi féliciter sa famille, parce que sa femme Asha ainsi que leurs deux enfants Kaleb et Dylan ont dû subir les contrecoups de la carrière de Kevin Glenn. Changer de ville aussi fréquemment n’est pas chose facile. La famille d’un athlète professionnelle doit apprendre, parfois à la dure, à s’adapter rapidement lors de chaque déménagement. Heureusement, Kevin Glenn semble être un bon papa.