Christophe Perreault

La LNH suit encore le marché de Seattle de près

Drama
Embed from Getty Images

Le jour après avoir vu la majorité des vedettes de la LNH supporter une expansion à Québec, on a eu un rappel que la ligue a encore les yeux sur le marché de Seattle. C’est évidemment le cas parce qu’ils veulent équilibrer les équipes dans l’Est et dans l’Ouest alors qu’ils se gardent Québec pour faire du chantage aux villes ne voulant pas suffisamment appuyer leur équipe locale.

Ironiquement, c’est le rôle de Seattle dans la NBA. Mardi, on a appris qu’un groupe local et la ville se sont finalement entendus sur la construction d’un aréna via un projet financé par le privé qui sera complété en 2020. La présence d’un édifice acceptable était le gros problème de Seattle dans le processus d’expansion et on dirait bien qu’ils seront prêts après le lock-out.

Bien évidemment, la LNH ne peut pas sortir publiquement pour dire que c’est tout ce qu’ils attendaient pour s’y installer, mais Bill Daly a quand même confirmé que ce groupe avait démontré un intérêt clair pour attirer une équipe et que la ligue allait continuer à suivre cette situation. Avec ce gros pépin de sorti du chemin et une ligue à 31 équipes, c’est malheureusement une éventualité qui semble inévitable.

C’est triste pour Québec, mais en même temps, si l’on lit entre les lignes depuis un bon moment, la ligue les gardait plus pour un déménagement que pour une expansion, donc ils ne font pas nécessairement la compétition à Seattle.

Bien que cette situation fasse en sorte que l’arrivée d’une équipe est beaucoup moins certaine, ça permet aussi à Québec d’obtenir un alignement plus potable lors du retour des Nordiques. La différence entre l’équipe assemblée par les Panthers ou les Hurricanes et les Golden Knights est frappante et c’est bien plus excitant de compter pour la première option que pour la deuxième. Ceci étant dit, il faut maintenant espérer que la ligue et l’un de ces propriétaires se tannent et ça ne semble pas être sur le point de survenir.