La LNH ouverte à organiser des matchs extérieurs dans plus de villes

Drama

Deux matchs extérieurs seront présentés par la LNH cette saison. Les Blackhawks de Chicago affronteront les Bruins de Boston au Notre Dame Stadium le 1er janvier, alors que les Flyers et les Penguins disputeront une partie au Lincol Financial Field le 23 février.

Pour les Blackhawks, il s’agira déjà d’un sixième match extérieur; les Penguins en seront à leur cinquième, les Flyers à leur quatrième et les Bruins leur troisième. Pendant ce temps, 8 équipes n’ont encore jamais eu cette chance: les Coyotes, les Hurricanes, les Blue Jackets, les Stars, les Predators, le Lightning, les Panthers et bien sûr les Golden Knights.

Le principal point commun entre toutes ces formations, c’est qu’elles évoluent dans de plus petits marchés de hockey. Il est certain que la ligue préfère organiser ce type de rencontres entre des formations plus populaires, mais avec un total de 26 matchs extérieurs planifiés depuis l’implantation de la Classique Hivernale en 2008, les marchés moins importants aimeraient certainement obtenir cette chance.

 

Seth Jones donne son opinion

Le défenseur des Blue Jackets Seth Jones est d’avis qu’il faut permettre à des marchés non-traditionnels de disputer des matchs extérieurs afin d’augmenter la popularité du hockey à travers les États-Unis. Il considère que l’impact est moins important dans des villes telles que Toronto et Philadelphie, puisque le hockey y est déjà bien établi.

 

«Ça s’en vient, mais…» Bill Daly

Le commissaire adjoint de la LNH Bill Daly a été questionné jeudi sur la possibilité de présenter des matchs extérieurs dans des plus petits marchés. Celui-ci a affirmé que ça pourrait arriver dans un avenir rapproché. Il apporte toutefois un bémol: les matchs extérieurs sont là pour accroître la popularité de la ligue et il est clair que de présenter ces rencontres dans un endroit emblématique suscite plus d’enthousiasme auprès du public. Les cotes d’écoutes de ces rencontres sont aussi extrêmement importantes, alors plus les équipes qui s’y affrontent sont populaires, plus il y aura de téléspectateurs.