La fausse mort de Pat Burns sur Twitter

Drama

On peut presque dire que Patrick Burns c’est le nouveau Jésus. Il est mort ce matin pour ensuite ressuscité quelques instants après. Mais c’est seulement arrivé sur Twitter.

Le phénomène de la fausse mort de Pat Burns a débuté par un tweet de la station de radio FAN590 à Toronto qui relatait que Pat Burns était décédé à l’âge de 58 ans.

Quelques instants plus tard, plusieurs autres grands médias ont emboité le pas en confirmant à leur tour que c’était terminé pour Pat Burns. Et là, on ne parle pas de ti-coune dans son salon internet, mais de gros joueurs majeurs tels que TSN, CTV et le Toronto Star. Je crois que le tweet de CTV Ottawa a été un de ceux qui a été le plus repris.

Est-ce que ces médias avaient vraiment eu une confirmation de la mort de Pat Burns ou ont-ils simplement copié l’information de leurs collègues? Selon Damien Cox (journaliste au Toronto Star), le responsable de cette annonce est Cliff Fletcher qui serait tellement inquiet de la situation de Burns, qu’il a halluciné sa mort.

Parlant de Damien Cox, si je me fie à ses commentaires sur Twitter, ce dernier ne semble pas considérer que l’annonce de la fausse mort de Pat Burns est un fiasco médiatique. No big deal, l’important c’est que Pat Burns soit en vie. Évidemment que l’important c’est que Burns soit vivant.

Au cours de ce bref festival de #r.i.p.patburns, le fils de Burns, Jason, a pris la peine de téléphoner à Radio-Canada pour dire que son père était vivant.

Plus tard, TSN a diffusé un extrait de leur entretien téléphonique avec l’ancien entraîneur du Canadien :

Here we go again. They’re trying to kill me before I’m dead. I come to Quebec to spend some time with my family and they say I’m dead. I’m not dead, far (expletive) from it. They’ve had me dead since June. Tell them I’m alive. Set them straight.

Le dossier est clos : Pat Burns est vivant. Et sur une note plus sympathique, combien donnez-vous à Pat pour sa combinaison moustache-mullet dans le vidéo ci-dessus?

Dans le même ordre d’idée, je ne serais pas surpris de voir les grandes corporations médiatiques restreindre l’utilisation de Twitter à leurs employés. Il n’y a pas de chef de pupitre qui filtre l’information diffusée sur Twitter. Dès qu’on appuie sur tweet, nos 140 caractères deviennent pratiquement impossibles à contrôler. Est-ce qu’on devrait utiliser ce réseau social comme plateforme de discussion plutôt que pour combler notre désir du breaking news absolu? Et ça me fait juste réaliser que sur Twitter, tout le monde est égal.

La fausse mort de Pat Burns, fiasco médiatique ou une simple erreur humaine? Qu’en pensez-vous?