Krys Barch y va d’un discours incroyable sur le lock-out via Twitter

Drama

Si vous ne connaissez pas Krys Barch, on ne vous en voudra pas trop. Barch est un joueur très marginal dans la LNH. Par contre, il a amassé 304 parties dans la LNH avec les Panthers et les Stars. Il appartient présentement aux Devils du New Jersey.

Enfin bref, Barch a pris contrôle de son compte Twitter samedi soir alors qu’il avait visiblement une couple de verres dans le nez. Ça nous a donné un texte franchement intéressant à lire. On sent que ça vient du coeur. Vous pouvez lire l’intégrale ici. Si vous ne maitrisez pas la langue de Shakespeare, on a tenté d’en faire la meilleure traduction si dessous.

Je suis assis ici à Gand Bend, Ontario pour mettre sur papier ce que mon coeur ressent. Je m’appelle Krys Barch. J’ai joué environ 5 ans et demi dans la LNH et j’ai travaillé pour toutes les secondes de temps de jeu que j’ai obtenues. Je n’ai pas été un choix de 1e ronde ou obtenu de bonus ou un fils d’un joueur du temple de la renommée. J’ai réussi en suant, saignant, en me coupant des tendons d’Achille, en me brisant des mains, en subissant des commotions cérébrales, en me fracturant des os orbitaux, en perdant 8 dents, etc…

Je suis présentement assis devant un feu avec une bouteille de Porte qui va m’aider à mettre mes émotions sur papier. Tout comme un camionneur, un fermier ou un travailleur qui travaille dans une ligne de montage, j’ai un fusil et une bière. Cela ne m’aide pas à affronter les jours futurs, mais bien pour calmer les nerfs de mon corps qui a enduré bien des épreuves dans le passé.

Je suis assis ici avec mes deux gars qui dorment et ma femme qui atteint notre 3e enfant. Je pense présentement à ce que je peux faire demain pour améliorer le sort de ma famille. Des fois, je me demande pourquoi je suis ici alors qu’un mot et un fusil pourrait tout régler. Je me dis que le Wild West serait plus simple que notre monde dans lequel un employeur qui fait des milliards et une ligue qui fait des revenus records peuvent me dire que je ne peux pas faire les choses que mon coeur me dit de faire.

Tout ce que mon coeur me dit c’est de surpasser ce que mon corps a enduré. Plus j’écris et plus je descend ma bouteille de Porte, plus je donne un point de vue qui vient du fond du coeur. Pendant que mon stylo se réchauffe près du feu, que Neil Young joue dans une nuit d’automne canadienne, je me demande comment le lock-out va affecter les propriétaires?

Je me demande si les propriétaires de Boston, New York, Washington, etc… ont subi les blessure que j’ai, comme tout joueur de la LNH, subi. Même si ce n’est pas le cas, ils sont assis là en train de fumer la même marque de cigare, en buvant le même cognac, le tout en vacances. Dans une des 5 maisons qu’ils possèdent. Pendant ce temps, nous sommes assis sachant qu’ils veulent 20% de notre chèque de paie. Entre 50 et 75% de mes collègues devront travailler pour les 50 prochaines années de leur vie.

Je félicite ceux qui font partie du groupe sélecte d’athlètes qui ont le salaire suffisant pour faire ce qu’ils veulent après leur carrière, mais ils ne représentent pas la majorité des joueurs avec qui j’ai joué.

Si la LNH veut mettre des équipes dans le Sud des États-Unis ou dans des marchés en difficulté, les propriétaires des équipes rentables et les joueurs doivent travailler ensemble. C’est soit cela ou la ligue décide de ramener les équipes au Nord où ils feront de l’argent. Le système fait en sorte que les propriétaires prennent de plus en plus d’argent à chaque nouvelle convention collective. Si ça continue ainsi, dans 40 ans, les propriétaires se retrouveront avec 80% des revenus. La seule façon d’éviter des arrêts de travail est de régler les problèmes de la ligue à la source.

Le lock-out est une procédure qui sert à prendre de l’argent des joueurs pour réparer les erreurs de la LNH. Ne laissons plus la LNH faire des erreurs.

Laissons la ligue et les joueurs s’associer pour réparer les erreurs qui ont été faites et pour s’assurer de ne pas répéter ces erreurs. Obtenons une entente qui fait en sorte que les propriétaires, les joueurs et les partisans gagnent. Une entente qui fera en sorte que nous pourrons s’assoir près des belles chutes canadiennes pour regarder le sport que l’on aime.

Je lève mon verre à la vérité et à  notre prochaine conversation. Comme toujours, j’ai parlé avec mon coeur. Bonne nuit et que vous m’aimiez ou me détester , ce que je dis viens du coeur.

-Krys Barch

Via PuckDaddy