Jon Jones a encore testé positif

Embed from Getty Images

Mardi soir, la UFC a annoncé que Jon Jones était suspendu provisoirement après avoir été identifié par la USADA pour une possible violation du code anti-dopage. Ce serait un échantillon qu’il aurait fourni après la pesée de son combat de championnat contre Daniel Cormier à l’UFC 214 qui aurait testé positif.

Il avait gagné ce combat en 3e ronde avec un KO qui lui avait donné le titre de la division. Dana White a quand même tenu à préciser qu’il n’avait pas encore perdu ce titre contrairement à ce qui circulait dans les minutes précédentes. Ce ne serait pas sa première perte de titre pour des raisons hors de l’octogone alors qu’il avait perdu le titre après son délit de fuite en 2015.

Ce n’est pas sa première suspension pour dopage non plus alors que son combat contre Cormier à l’UFC 200 avait été annulé à trois jours d’avis à cause d’un test positif pour des bloqueurs d’œstrogène, qu’il avait blâmé sur une mauvaise pilule visant à stimuler sa vie sexuelle. Il avait été suspendu un an pour cet incident et ce combat contre Cormier était son retour de suspension.

Selon TMZ, qui a sorti la nouvelle en premier, il aurait testé positif pour du Turinabol. Ça viendrait avec une suspension automatique de deux ans qui est supposée être plus sévère pour ceux qui en sont à leur deuxième offense. On pourrait donc avoir vu les derniers pas de Jon Jones dans la UFC, ce qui est bien dommage à cause de son talent, mais de moins en moins surprenant considérant les nouvelles qui le suivent en dehors de l’octogone.