Jon Cooper a rappelé aux médias que les chiffres de Price étaient très ordinaires contre le Lightning

[oboxads]

Avant le 5e match, Jon Cooper a tenu à rappeler aux médias qu’il coachait une équipe jeune qui était en apprentissage présentement. Il avait notamment mentionné que leurs efforts décevants pendant les 2 matchs à Tampa Bay étaient normaux et que ça faisait partie du processus. Le coach voulait clairement enlever de la pression à son équipe en utilisant les médias et il a utilisé la même stratégie après la défaite de samedi soir.

Lors de sa rencontre de dimanche après-midi avec les journalistes, Cooper s’est inspiré de la technique de P.K. Subban pour donner confiance à ses joueurs.

Comme le défenseur du Canadien avant la 5e rencontre, Cooper a parlé du gardien adverse. Le coach du Lightning a encensé le gardien du Tricolore en disant qu’il était le meilleur au monde et que sa confiance faisait en sorte que l’équipe joue très bien autour de lui. Il en a rajouté en parlant du talent exceptionnel du cerbère du Canadien, mais il avait un astérisque par rapport à Carey Price.

Cooper a rappelé que son club a connu beaucoup de succès contre lui cette année (une fiche de 0-4-1 avec un % d’arrêts de 90,6% et une moyenne de buts alloués de 3,47 en saison régulière et une fiche de 2-2-1 avec un % d’arrêts de 89,8% et une moyenne de buts alloués de 2,43 en séries). Le coach des Bolts a expliqué que ces chiffres faisaient en sorte que le gardien n’est pas dans la tête des joueurs parce qu’ils savent qu’ils peuvent le déjouer.

Ce que Cooper a oublié de mentionner, c’est que si l’on enlève les deux victoires dominantes de Tampa (7-1 en octobre et 6-2 dans le 2e match), le % d’arrêts de Price contre le Lightning est un peu plus impressionnant (91,89% en saison régulière et 93,2% pendant la série).

Cooper se sert donc de deux anomalies pour calmer et redonner confiance à son équipe. Sans ces deux matchs, Tampa Bay n’a rien fait d’exceptionnel contre Carey Price, mais après samedi soir, et l’arrêt ridicule contre Filppula, la pression commence à s’accumuler sur une formation qui est en apprentissage selon l’entraîneur. Cooper utilise donc tout ce qu’il peut pour motiver ses gars avant un match crucial devant leurs partisans et c’est de bonne guerre même si ça ne veut pas dire grand chose.

Via Chris Johnston