Joel Ward pourrait devenir le premier joueur de la LNH à protester pendant l’hymne national

Drama
joel ward - sharks san jose - credit: 25stanley

Le vent de protestation qui souffle sur la NFL depuis quelques jours pourrait trouver écho dans la LNH.

L’attaquant des Sharks de San Jose Joel Ward n’a pas écarté la possibilité de poser un genou au sol pendant l’interprétation de l’hymne national américain, comme 200 joueurs de la NFL l’ont fait dimanche.

Ward, dont les parents viennent de la Barbade, porte d’ailleurs le numéro 42, en hommage à Jackie Robinson. Il sympathise avec le mouvement initié par Colin Kaepernick dans la NFL, tout comme il soutient le mouvement Black Lives Matter.

Dans une entrevue accordée au Mercury News, le joueur des Sharks affirme avoir été victime de racisme, parfois même sur une base quotidienne, depuis qu’il a commencé à jouer au hockey. Le Canadien, qui a grandi à Toronto, raconte que dès l’âge de 9 ans, les enfants dans les gradins lui lançaient des insultes racistes et lui criaient des noms.

Malheureusement, ça n’a pas beaucoup changé rendu à l’âge adulte. Alors qu’il jouait pour les Capitals, l’attaquant a reçu une pluie d’insultes racistes et de menaces de mort lorsqu’il a marqué le but gagnant en prolongation du septième match durant la série Capitals-Bruins en 2012.

Joel Ward se réjouit donc que des vedettes de la NFL protestent contre le racisme, même s’il y a des détracteurs à ce mouvement. Pour le joueur des Sharks, il faut que les athlètes utilisent leur statut de vedette pour dénoncer cet important enjeu de société.

Il ne croit pas qu’on pourrait voir un phénomène de la même ampleur dans la LNH, parce qu’il y à peine une trentaine d’afro-américains dans la ligue et que les 3/4 des joueurs ne sont pas américains. Néanmoins, quelques joueurs, dont Blake Wheeler(Jets), Jacob Trouba(Jets) et J.T. Brown(Lightning) ont déjà exprimé leur soutien au mouvement de la NFL.

Joel Ward a beau être canadien, il pense que n’importe quel joueur peut poser le genou durant un hymne national, pour dénoncer l’intolérable. Il a d’ailleurs le support de plusieurs membres de l’organisation des Sharks. Son capitaine Joe Pavelski, un américain, dit respecter le droit de tout athlète qui souhaiterait protester de cette façon. L’entraîneur de l’équipe, Peter DeBoer a affirmé qu’il supporterait Joel Ward s’il s’agenouillait lors d’un hymne national cette saison. Pour lui, la liberté d’expression est une chose primordiale, un des piliers de la démocratie. Même son de cloche du côté du directeur général des Sharks, Doug Wilson. Joel Ward affirme que son patron lui a également offert son soutien.

Il reste maintenant à voir si Ward et d’autres joueurs de la LNH passeront à l’action cette saison.