Joel Quenneville se moque de l’objectif de Ken Hitchcock

L’une des choses qui est ressortie lors du premier match entre les Blackhawks et les Blues est la stratégie de Saint Louis, qui a tenté d’intimider son adversaire en frappant souvent. Officiellement, ils ont terminé le match avec 41 mises en échec, mais leur coach, Ken Hitchcock, en a compté 57. Malgré ce gros chiffre, le coach des Blues n’était pas satisfait.

Après le match, il a dit aux journalistes que si son équipe voulait battre Chicago, elle devait accumuler 70 mises en échec par match. Lorsque les représentants des médias ont parlé de cette stratégie à Joel Quenneville jeudi après-midi, le coach des Blackhawks s’en est moqué.

Il a dit espérer que les Blues essaient d’obtenir 70 mises en échec parce que ça voudrait dire que son équipe allait avoir la rondelle tout au long du match. Patrick Kane était d’accord avec son coach, disant que les Hawks recevaient plus de mises en échec qu’ils en distribuaient dans 90% de leurs matchs parce qu’ils ont la rondelle. Il a ajouté que c’était une bonne chose.

Kane et Quenneville ont raison et la fixation du coach des Blues avec les mises en échec est franchement bizarre. Je peux comprendre qu’il veuille maganer une formation qui a des problèmes de profondeur, mais son équipe ne gagnera pas beaucoup de matchs comme celui de mercredi pendant lequel son adversaire a eu un avantage de 35-18 au niveau des tirs au but. On verra les ajustements apportés par les deux coachs vendredi soir à 20h sur les ondes de Sportsnet ou TVA Sports 2.