Jeremy Roenick n’est pas en accord avec la décision d’Ilya Kovalchuk

Drama

« La chose la plus stupide que j’ai entendue depuis Aaron Hernandez… Kovalchuk prend sa retraite !!! Est-ce qu’il est fou? Il y a quelque chose de louche. Maintenant, vous allez tous voir pourquoi j’ai parlé négativement de Kovalchuk !!! Il ne veut pas jouer pour les Devils et va finir dans la KHL !!! Kovalchuk est aussi égoïste que possible !!! Je suis révolté, je me sens mal pour tous les fans des Devils. Vous méritez mieux que cela. Je suis surpris que Kovalchuk fasse cela aux Devils et à leurs fans !!! Les Devils perdent tellement dans cette décision, c’est épeurant !!! Égoiste !!! Je suis tellement furieux présentement. Je me sens mal pour Lou Lamoriello. Il a donné un contrat de 100 millions à un gars qui se fout de la LNH. Hey Ilya, j’espère que tu vas vivre confortablement en Russie avec l’argent que tu fais et les 23 millions que tu as volés aux Devils. Encore une fois j’ai raison avec mon analyse »

Le titre de cet article aurait pu être « Le danger d’avoir un compte Twitter quand tu aimes dire des niaiseries ». Dans ces tweets, Roenick nous montre exactement le pire côté de Twitter et de la réaction de plusieurs twitteux à la décision d’Ilya Kovalchuk.

Comme vous le savez surement, Kovalchuk a pris sa « retraite » de la LNH hier. Il devrait jouer dans la KHL où il gagnera entre 15 et 20 millions l’an prochain. Bien évidemment, comme on parle ici d’un joueur russe, les stéréotypes ont fusé de toute part sur Twitter. Kovalchuk a été traité de sans-coeur, égoiste, mange-marde, paresseux, etc…

Le fait est que Kovalchuk quitte la LNH, car il est plus heureux lorsqu’il joue en Russie. Il en avait parlé lorsque le lock-out s’était terminé. Il avait mentionné vouloir rester avec le SKA St. Petersbourg et il a trouvé une façon de le faire. À 30 ans, Kovy est plus à l’aise de rester près de sa famille et de vivre dans sa culture locale. Il est vrai que l’argent qu’il gagnera ne nuira pas, mais il entrait dans ses années les plus payantes selon le contrat qu’il avait avec les Devils. Il laisse quand même 77 millions (sur 12 ans) sur la table en Amérique du Nord pour revenir chez lui.

Pour en revenir à Roenick, ses commentaires frôlent le racisme en référant à quelques stéréotypes. Celui qui revient le plus souvent est celui d’égoïste. Or, si c’était vraiment le cas, si Kovalchuk avait décidé du jour au lendemain qu’il voulait partir, les Devils auraient pu l’empêcher de partir. Par contre, ce ne fut pas le cas, les Devils ont accepté gracieusement d’annuler le contrat pour qu’il parte en Russie. Ils l’ont fait parce que, selon Lou Lamoriello, Kovalchuk parle de cette possibilité depuis maintenant un an. Il y a aussi le fait que les Devils croulent présentement sous les dettes. En plus, le fait qu’il parte maintenant fait en sorte que les Devils ne sont pénalisés que de 250 000$ sur le plafond salarial pendant 12 ans. S’il était resté jusqu’en 2018, par exemple, la pénalité sur le plafond aurait été de 3,7 millions pendant 7 ans.

Kovalchuk termine donc sa carrière dans la LNH avec 816 points en 816 matchs ayant joué pour des équipes faibles pendant la presque totalité de sa carrière. Il a gagné un trophée Maurice Richard comme meilleur marqueur de la ligue en plus de mener la ligue dans la colonne des buts en séries lorsque les Devils se sont rendus en finale de la Coupe en 2012.

Dorénavant, pour le voir jouer, il faudra syntoniser les Jeux Olympiques, les championnats mondiaux ou la KHL.

Comme dirait JR : « Encore une fois, j’ai raison avec mon analyse. »