Jaromir Jagr a corrigé un journaliste qui l’a mal cité sur Twitter

Jagr

Mardi soir, les Maple Leafs de Toronto ont obtenu une victoire de 5-2 contre les Panthers de la Floride. Ce n’était pas le match le plus spectaculaire de l’année, mais il a créé une histoire intéressante dans la nuit de mardi à mercredi.

Ça a commencé avec un tweet de James Mirtle, un journaliste du Globe & Mail qui a une très bonne réputation dans la LNH. Après le match, Mirtle a cité Jagr qui lui aurait dit que « les Leafs avaient été plus chanceux que bons, mais que c’est ce qui s’est passé. La ligue est très serrée. » C’est un commentaire un peu bizarre, mais considérant la candeur habituel de Jagr, ce n’était pas trop surprenant.

Vers 1h30 du matin mercredi, Jagr a toutefois nié cette citation. L’attaquant des Panthers a demandé à Mirtle de ne pas écrire à propos de ses paroles quand il ne comprend pas ce qu’il a dit. Jagr a clarifié son point en écrivant que les Panthers avaient été chanceux à Toronto il y a 2 semaines et que c’était très difficile de jouer contre une jeune équipe talentueuse qui n’a pas de pression sur les épaules.

Ce n’est pas la fin du monde puisque Jagr n’est pas le premier joueur à être mal cité et il ne sera pas le dernier. Par contre, c’est rare de voir des joueurs confronter des représentants des médias aussi publiquement. Jagr est dans une position unique puisqu’il ne peut pas endommager sa réputation auprès des fans ou des journalistes avec un tweet du genre et il en profite pour faire quelque chose que certains de ses collègues ne peuvent pas faire par crainte de nuire à leur relation avec les médias.