Ce que vous devez savoir pour apprécier le NCAA March Madness

Drama
wvu

Que tu sois un fan de basketball ou non, si tu aimes le sport en général, tu dois absolument regarder des matchs du tournoi national de basketball universitaire aux États-Unis, aussi appelé le March Madness. 

 Voici donc 5 raisons qui font de ce tournoi un incontournable. 

 1- Le format du tournoi 

 64 équipes entrent dans le tableau principal et l’équipe qui sera invaincu à la fin de 3 semaines d’activités sera couronnée champion national. Le fait qu’une seule défaite élimine l’université du tournoi donne droit à des moments grandioses de sport. Chaque possession devient importante dans chacune des rencontres. 

Les lancers francs deviennent d’une importance capitale, ce qui cause un stress immesurables au jeune tireur amateur qui ne veut pas rater un seul tir. Les moments de tension sont nombreux, surtout en 2e demie, ce qui donne un bijou télévisuel. 

 2- Les upsets 

 Dans ce tournoi, il y a 4 conférences de 16 équipes toutes classées de 1 à 16. Au 1er tour, 1 joue contre 16, 2 contre 15 et ainsi de suite. Après seulement une journée d’action, déjà deux des 3e tête de séries se sont fait éliminer, sois Baylor et Iowa State par des 14e tête de séries. Puisque ce ne sont pas des séries 4 de 7, ce format permet beaucoup de victoires surprises à chaque année et c’est un peu ce qui fait la beauté de ce tournoi. Les petites écoles avec beaucoup moins de budget ont la chance de se faire un nom en remportant un match contre une université majeure. 

 3- Les fins de matchs 

 Plusieurs de ces rencontres se terminent par un différentiel de cinq points ou moins, ce qui met en place des fins de matchs absolument excitantes. Avec un shot clock rehaussé à 35 secondes, la stratégie afin d’avoir la dernière possession devient primordiale et les entraineurs le savent. Le dernier tir du match est plus souvent qu’autrement le lancer déterminant du match, ce qui donne des buzzer beater de fou. 

 4- L’intensité des matchs 

 Lorsqu’on regarde un match de la NBA, après qu’une équipe ait inscrit un panier, on voit souvent cette équipe se replier afin de bien mettre en place sa défensive. Au March Madness, lorsqu’une équipe marque un panier, cette même équipe met immédiatement une pression soutenue sur le porteur du ballon afin de le provoquer à commettre une erreur. Cette façon de jouer fait en sorte que chaque possession de ballon est excitante et que les matchs renferment beaucoup plus de revirements, ce qui donne du jeu très excitant. 

 5-  Surveiller les Québécois en action 

De plus en plus de joueurs canadiens participent à ce tournoi, mais cette année on avait la chance de surveiller quelques gars du Québec. Kevin Zabo de Gatineau, qui joue pour San Diego State, est le seul joueur du tournoi toujours en vie. 

Malheureusement pour les quatre autres Québécois présents, l’expérience fut de courte durée. Baylor, l’équipe du montréalais Kenny Cherry s’est fait surprendre par Georgia State 57-56, alors que Patrick Steeves et Harvard se sont également inclinés par un seul petit point contre les puissants Tar Heels de la Caroline du Nord. Tevonn Walker de Valparaiso (13) a perdu contre la puissance de Maryland. Même chose pour Junior Lomomba à Procidence. 6 – Les cheerleaders

Screen shot 2015-03-20 at 11.24.10 PM

Voir la galerie photo pour comprendre.