Cat Fight // L’Octagon Girl Arianny Celeste trouve que Ronda Rousey n’est pas un bon modèle pour les femmes

Drama
1-ronda-rousey-arianny celeste

Samedi soir au UFC 170, Ronda Rousey a démoli son adversaire Sara McMann en une minute. Malheureusement, comme ce fut le cas après son combat contre Miesha Tate, la foule a hué Ronda Rousey alors que Dana White, président de la UFC, lui mettait la ceinture de championne des 135 livres autour de la taille. Les gens ont encore sur le coeur la fois où Rousey a refusé de serrer la main de son adversaire, Miesha Tate, au UFC 168. Définitivement, Ronda Rousey a l’étiquette d’être la méchante dans le cirque des sports de combat.

Pendant le weekend, on a demandé à l’Octagon Girl Arianny Celeste ce qu’elle pensait de Ronda Rousey:

« Je n’aime pas vraiment la façon dont elle se comporte. Je ne pense pas qu’elle est un bon modèle pour les femmes. Je pense que les femmes devraient se renforcer mutuellement et se donner mutuellement une petite tape dans le dos. »

Je suis peu sur le choc. Arianny Celeste, une fille qui gagne sa vie grâce à son unique talent d’être capable de porter un bikini tout en faisant le tour de l’octagon en plus de tenir une pancarte à bout de bras sans se tromper de chiffre après chaque round, considère qu’une championne olympique, qui pave la voie pour de nombreuses femmes à être respecté dans les sports de combat, n’est pas un bon modèle? Arianny Celeste devrait aller se regarder dans le miroir un instant sans prendre un selfie de ses boules.

Si je comprends bien les propos, il faudrait que Ronda Rousey soit une hypocrite. Qu’elle soit fake. C’est coutume dans le UFC et le MMA que les combattants se sert la main ou se donne un câlin après avoir tenté de s’arracher la tête quelques minutes plus tôt. Ça fait partie des lois non écrites du sport et on va être tous d’accord pour dire que GSP respectait ce code à la lettre. C’était spécial de voir St-Pierre lever le bras de Nick Diaz après le UFC 158. Mais GSP, c’était GSP. Tout comme Anderson Silva nargue ses adversaires comme seul Silva peut le faire. Et Ronda déteste ses adversaires avant, pendant et après le combat. Chacun son style.

Ici Joe Rogan quasiment à l’aise entre Ronda Roussey et des octagon girls pendant la pesée du UFC 170.

wKCqyU6

Si Rousey n’a pas serré la pince de Miesha Tata après le UFC 168, c’est probablement parce qu’elle avait de maudites bonnes raisons de le faire. Au même titre que quand des joueurs de hockey se font faire des coups salauds, et refusent de répondre aux appels ou textos de l’agresseur. Lâchez-moi avec vos arguments d’esprit sportif, le monde du sport est bourré d’athlètes rancuniers. L’esprit sportif. Plus facile à dire qu’à le faire. Chaque 2-3 games dans ma ligue de garage, je vois de gars refuser de participer à la poignée de main à cause qu’un tel s’est fait trop cross checké dans le dos en fin de troisième.

Pour revenir à l’attitude de Ronda Rousey, dans mon blogue à moi (ou mon lit), je préfère de loin une fille honnête avec ses émotions, transparente, qui assume ses principes et respecte ses valeurs qu’une fucking hypocrite. Que voulez-vous, je déteste les gens qui font des sourires avec leurs faces à fesser dedans. Je respecte beaucoup plus quelqu’un capable de regarder dans les yeux en laissant transparaître sa non-approbation qu’un individu qui tend des fausses molles poignées de main en regardant par terre.

En terminant, ce qui est débile avec l’univers sportif, c’est qu’on pardonne à des athlètes de violer des filles ou de tricher avec des stéroïdes, mais on a de la misère à passer par-dessus le fait qu’une athlète refuse de serrer la main de son adversaire…

P.-S. Le UFC au Colisée de Québec approche à grands pas. Les billets tombent en vente vendredi. Détails ici.