Barry Trotz ne sera plus le coach des Capitals

Embed from Getty Images

Lundi après-midi, on a appris que Barry Trotz ne sera plus derrière le banc des Capitals de Washington. C’est donc dire que son dernier match à la barre des Capitals a permis à la franchise de gagner sa première Coupe Stanley. C’est toute une façon de mettre fin à un passage avec une équipe et c’est ce qui lui permettra certainement de se trouver un nouvel emploi.

C’est surprenant puisque lorsqu’une équipe est championne, on s’attend à ce qu’ils perdent quelques joueurs pour des raisons salariales, mais pas leur entraîneur. C’est toutefois ce qui est arrivé ici. On pensait que Barry Trotz allait être agent libre cet été parce que son contrat venait à échéance, mais l’entente comprenait une clause de prolongation de deux saisons si jamais il gagnait la Coupe et c’est exactement ce qu’il a fait.

Le problème c’est qu’elle a été négociée avant que les salaires d’entraîneurs explosent grâce à Mike Babcock et il n’aurait pas gagné un salaire au niveau de son expertise. Pour mettre le tout en contexte, l’entraîneur avec une bague de la Coupe Stanley qui est le moins bien payé est Randy Carlyle et il gagne 2 M$. La clause automatique de Trotz lui aurait donné un salaire de 1,8 M$.

Les deux côtés ont tenté de renégocier cette prolongation automatique, mais ils n’ont pas été en mesure de s’entendre et Trotz a décidé de quitter. Les Capitals sont visiblement en accord avec cette décision puisqu’ils le laisseront parler aux autres équipes de la ligue.

Il faut dire que les Caps ont déjà son remplaçant dans l’organisation en Todd Reirden et il leur coûtera moins cher. De toute façon, ils ont failli renvoyer Trotz cette saison lorsque l’équipe allait mal, mais une victoire au bon moment lui a sauvé son emploi. Son futur est un peu flou pour le moment puisque les Islanders de New York sont les seuls à se chercher un entraîneur-chef.

Malgré ça, il sera un candidat en demande par les équipes à la recherche dans ce marché puisqu’il vient au cinquième rang de l’histoire de la LNH avec 762 victoires en carrière. Il en a gagné 205 avec les Capitals en plus de finalement mettre la main sur le trophée de Lord Stanley.