Arrêtez donc de parler de « petites nations »

Drama
Arrêtez donc de parler de « petites nations »
Crédit photo - FIFA

La journée 4 de la Coupe du Monde 2018 a été riche en enseignements. Les favoris sur le papier devront répondre sur le terrain. L’Allemagne et le Brésil ont été surpris dans leur entrée en Coupe du Monde.

La Serbie fait le boulot, sans plus

Le premier match du jour opposait la Serbie au Costa Rica. La victoire était essentielle pour ces deux équipes destinées à l’élimination au premier tour dans un groupe E qui comporte le Brésil et la Suisse. Aleksandar Kolvarov trouve le fond des filets d’un magistral coup-franc. Déjà le 3e coup franc direct de la compétition, soit le même total qu’à l’issue du Mondial 2014. Le Costa Rica de Venegas qui était invaincu dans ses 5 derniers matchs de la Coupe du Monde n’a pas su profiter de ses opportunités crées en première mi-temps notamment. À l’issue d’un match relativement équilibré (50-50 de possession, 10 tirs de chaque côté) la différence s’est faite sur un détail.

Tremblement de Terre

L’équipe allemande rejoint l’Italie (1950), l’Argentine (1982 et 1990), la France (2002) et l’Espagne (2014) parmi les champions du monde battus au match d’ouverture. Et pour la première fois de l’histoire, une équipe de CONCACAF bat l’Allemagne en Coupe du Monde. El Tri surprend la Mannschaft 1-0 grâce à un but du jeune Hirving Lozano causant un véritable tremblement de terre à Mexico City.

Les Mexicains ont parfaitement appliqué le plan de match face à une équipe d’Allemagne moribonde et manquant d’imagination à la possession du ballon (66% contre 34%). Porté par son public l’équipe de Juan Carlos Osorio avait prévu de jouer ses chances offensives à fond alors que 3-4 joueurs se ruaient à l’assaut des buts lors des récupérations de balles.  Défensivement ils ont su faire le dos rond bien aidé par les 9 arrêts de son gardien Guillermo Ochoa et l’entrée du capitaine Rafael Márquez le 3e joueur a avoir participé à 5 éditions différentes de la Coupe du Monde.

Le Brésil au ralenti

Dans le dernier match de la journée, le Brésil affrontait la Suisse dans l’affiche du groupe E.  Après 20 minutes Philippe Coutinho trouve la lucarne de Sommer et l’on se dit que la Suisse va trouver la soirée longue.

Steven Zuber égalise après une poussette sur Miranda. Un but à l’image de leur match agressif (19 fautes)  mal maitrisé par l’arbitre Marvin Torrentera qui avait visiblement laissé ses cartons à la maison. Dommage pour les Brésiliens qui n’ont pu profiter de leur supériorité technique dans ces conditions de jeu. À noter la présence de l’ancien joueur désigné de l’Impact, Blerim Dzemaili qui ne s’est pas trop montré durant la rencontre.

Après-match du KAN FC

Trève de 10 jours pour l’Impact, on revient sur la victoire 3-0 contre Orlando City SC et la préparation du mercato.

***

Kan Football Club : La poutine du soccer ! Les dernières nouvelles de l’Impact de Montréal et plus encore! Trouvez des chroniques, vidéos, podcasts sur l’Impact de Montréal, le soccer local et le foot mondial au kanfootballclub.com Si vous souhaitez soutenir la plateforme, procurez vous leurs tous nouveaux chandails et autres vêtements Trop de poutine. Toujours un classique !