Alex Ovechkin fait enfin taire ses détracteurs

Drama
Crédit photo - NHL.com

Depuis son arrivée dans la ligue, Alex Ovechkin a été comparé à Sidney Crosby. Les succès des Penguins en séries combinés aux insuccès des Capitals ont jeté de l’ombre sur Ovi, bien qu’il ait été dominant saison après saison depuis le début de sa carrière. Malgré 1122 points, dont 607 buts en 1003 matchs, il aura fallu qu’Ovi remporte la Coupe Stanley et le Conn Smythe pour enfin faire taire ses trop nombreux détracteurs.

Ovechkin a souvent été excellent en séries

D’accord, il a connu ses meilleures séries en carrière avec 27 points en 24 rencontres, mais en même temps, ce n’est pas comme s’il n’avait jamais rien fait en séries. Lors de sa première participation au tournoi printanier, en 2008, le Russe a récolté 9 points en 7 matchs. L’année suivante, il récoltait 21 points, dont 11 buts en 14 rencontres éliminatoires. En 2010, il a obtenu 10 points en 7 matchs; en 2011, encore 10 points, cette fois en 9 rencontres. Plus récemment, il a connu des séries de 9 points en 14 matchs (2015), de 12 points en 12 matchs (2016) et 8 points en 13 matchs (2017). Au total, il a maintenant 117 points en 121 rencontres des séries. On ne peut pas vraiment parler d’un joueur qui flanche lorsque ça compte.

 

Ovi dans une catégorie très sélect

Lorsque le capitaine des Capitals a été élu joueur le plus utile des séries hier soir, il est devenu seulement le 4e joueur de l’histoire de la ligue à avoir remporté trois trophées Hart et un Conn Smythe au cours de sa carrière. Les trois hommes qui l’ont fait avant lui sont nul autre que Wayne Gretzky, Mario Lemieux et Bobby Orr. On parle ici probablement des trois meilleurs joueurs de l’histoire de la LNH. Sans dire qu’Ovechkin est sur un pied d’égalité avec ces joueurs, il faut reconnaître qu’il est un très grand joueur.

D’ailleurs, en plus de ses trophées Hart, sa Coupe Stanley et son Conn Smythe, Alex Ovechkin a été invité 9 fois au match des étoiles, dont 7 fois sur la première équipe. Il a remporté le trophée Calder (au dépens de Sidney Crosby d’ailleurs), un trophée Art Ross, trois trophées Lester B. Pearson/Ted Lindsay, en plus d’avoir décroché trois médailles d’or au championnat du monde de hockey. Cette année, il recevra son septième trophée Maurice-Richard en carrière.