7 raisons qui vous prouveront que la Québécoise Françoise Abanda ne sera pas un flop sur la WTA

Drama
francoise-abanda

La Montréalaise de 17 ans Françoise Abanda faisait son entrée à la Coupe Rogers, lundi soir, au Stade Uniprix, devant ses partisans. La commande était de taille alors qu’elle devait se confronter à Dominika Cibulkova, la Slovaque classée 12e au monde. La Québécoise s’est toutefois bien défendue et s’est même permise d’arracher un set à cette petite joueuse de 25 ans. Elle s’est finalement inclinée en trois manches de 6-1, 3-6 et 6-0.

Malgré la défaite, tous les espoirs sont permis pour la jeune femme de 17 ans originaire de Montréal. Voici pourquoi on entendra parler d’elle pour encore bien des années.

1-     Sa puissance

Agée que de 17 ans, la jeune Québécoise a déjà la puissance que certaines des meilleures joueuses au monde rêveraient d’avoir. Elle décoche ses coups de fond de terrain à une vitesse ahurissante et la balle sort vraiment bien de sa raquette. Sur le circuit de la WTA, où le jeu de finesse et de précision est souvent roi, la puissance en fond de terrain est un atout rare qui permet aux dames de dominer leurs adversaires en les forçant à se défendre à bout de bras et bien mal positionnée, tout comme Genie Bouchard adore faire subir. Françoise frappe la balle très à plat, ce qui donne encore moins de temps à ses adversaires de se rendre à la balle.

2-     Sa confiance

Alors qu’elle n’était qu’âgée que de 15 ans, Abanda, qu’on surnomme Franckie, affirmait déjà qu’elle désirait remporter des tournois majeurs dès l’âge de 18 ans. Malheureusement, une blessure grave a retardé son développement, elle qui n’a pu disputer de tournois pendant 18 mois. Elle vient tout juste de revenir au jeu, il y a quelques semaines, et elle n’a pas perdu sa belle fougue : `Je veux évidemment gagner le plus de matchs possible sur le circuit à court terme. Je vise également être dans le top 150 d’ici à la fin de l’année`, indique la 209e mondiale.

3-     Retour de services

Elle a déjà l’étoffe des meilleures joueuses en retour de service au monde. Elle n’hésite pas à entrer dans le terrain sur les deuxièmes balles de ses adversaires pour les attaquer sans broncher. Il est évident que ces décisions agressives d’Abanda lui coûtent parfois des points, mais au tennis, comme dans le sport en général, vaut mieux être l’agresseur que l’agressé. Elle a tout le temps au monde d’apprendre à encore mieux se positionner sur ces retours, ce qui fera d’elle une joueuse encore plus complète.

4-     Agilité dans ses déplacements

Abanda est très agile sur un court de tennis. Elle se déplace à une très grande vitesse et bouge ses pieds très rapidement. Son manque d’expérience lui coûte toutefois dans cette catégorie. Elle positionne ses pieds parfois trop rapidement avant que la balle soit arrivée à elle, ce qui la force souvent à frapper des coups en déséquilibre. Elle devra travailler sur cet aspect de son jeu, afin de tirer profit de ses déplacements rapides sur le terrain.

5-     Force physique

Déjà à son jeune âge, il est évident que la Québécoise est très forte physiquement. Ses cuisses puissantes l’aide à générer beaucoup de puissance sur ses coups de fond de terrain et également à bien se déplacer. Ce qui est toutefois très surprenant pour une fille de 17 ans, est qu’elle est très forte du haut du corps. Ses bras élancés et musclés lui permettent de réussir des coups puissants même lorsqu’elle est à bout de bras. Cette facette de son jeu ne fera que s’améliorer avec le temps, alors qu’elle deviendra une femme.

6-     Désir de toujours s’améliorer

Malgré sa blessure grave à l’épaule, Françoise a toujours persévéré à travers les difficiles épreuves qu’elle a dû surmonter. Elle est un excellent exemple de persévérance et elle travaille très fort pour toujours devenir meilleure. Après sa défaite face à Cibulkova, elle a compris qu’elle doit être encore plus en forme, puisque les matchs de la WTA sont encore plus demandant physiquement que les matchs sur le circuit challenger ITF. Elle a également avoué que la pression a peut-être eu le meilleur d’elle-même au troisième set, alors qu’elle n’est pas habituée de jouer devant autant de spectateurs et à la télé. Elle a toutefois déclarée à la foule Montréalaise qu’elle sera de retour dans les années à venir et qu’elle sera meilleure.

7-     Crée des angles sur les balles basses

Un point un peu plus technique où elle excelle également est sur ses coups de balles basses. Il est plus difficile de retourner une balle plus basse que les genoux puisque le mouvement est moins naturel et qu’il faut élever la balle par-dessus le filet plutôt que de la frapper sur un angle en descendant. Et bien non seulement réussit-elle à bien élever la balle, mais à plusieurs reprises pendant son match de lundi soir, elle a réussi à créer des angles assez impressionnants pour rejoindre les lignes et les coins du terrain de son adversaire. Elle pourra certainement  compter sur cette belle qualité qui n’est pas donner à tout le monde, dans un futur rapproché.

Il est évident que la Montréalaise a encore bien du travail à faire si elle veut devenir l’une des meilleures au monde. Elle devra travailler sur sa deuxième balle de service qui n’est vraiment pas assez puissante pour affronter les meilleures au monde. Elle devra également travailler sur son mental, afin de toujours être à son meilleur, même lors des plus gros points, mais somme toute, il n’y a aucun doute que si elle continue à progresser ainsi, Genie Bouchard aura de la compagnie québécoise dans le top 20 mondial… et qui sait, peut-être même dans le top 10 mondial.