6 raisons d’être confiant pour le 6e match

Après la performance du Canadien dans le 5e match de la série, les fans ont repris espoir. L’équipe n’a jamais été aussi près d’une Coupe Stanley depuis 1993 et les partisans ne sont pas prêts à lancer la serviette.

Toutefois, pour continuer la série, le Canadien doit gagner le 6e match au Madison Square Garden. Si à première vue, un match à l’extérieur lorsque l’équipe fait face à l’élimination n’est pas la meilleure des propositions pour un fan, il y a 6 raisons pour lesquelles on devrait être confiant pour cette rencontre.

Voici ces 6 raisons :

1. Les Rangers adorent se compliquer la vie


Depuis 2009, les Rangers ont une fiche de 0-5 lorsqu’il tentent de gagner une série avant le 7e match. Après 5 matchs, on peut commencer à parler d’une tendance et même si c’est un cliché de parler de l’instinct du tueur, c’est clair que les Rangers ont de la misère à performer sans être dos au mur.

On l’a vu cette année en 1ère ronde où Lundqvist a été exécrable dans le 6e match de la série contre les Flyers alors que les Rangers pouvaient éliminer Philadelphie. En 2e ronde, les Rangers ont surmonté un déficit de 1-3 pour éliminer les Penguins. Ils ont vraiment cette tendance à en arracher lorsqu’ils peuvent éliminer leurs adversaires sans faire face à l’élimination eux-mêmes.

2. Henrik Lundqvist


Une des raisons pour lesquelles les Rangers ont eu de la misère à conclure leurs séries rapidement est leur gardien de but Henrik Lundqvist. Dans les 5 matchs que les Rangers ont joués dans cette situation, Lundqvist n’a joué qu’un match au complet.

Il faut dire que pendant ces 5 matchs là, le Roi n’a conservé qu’un % d’arrêts de 80,8% et une moyenne de buts alloués de 5,53. Avec des performances du genre, les Rangers n’ont eu aucune chance de gagner ces matchs. Malheureusement pour eux, Lundqvist a une fiche de 2-5 en carrière dans cette situation avec un % d’arrêts de 84,1%. Ça a donc toujours été un problème et rien n’indique que ça va changer ce soir.

3. Derek Dorsett


Au départ, quand on a appris que Dorsett n’avait pas reçu d’amende pour son geste contre Weaver ou de réprimande pour celui contre le jeune porte-drapeau, on était déçu, mais ça pourrait être une excellente nouvelle pour le Canadien.

Dorsett est le genre de gars qui peut perdre sa concentration facilement et si jamais le Canadien réussissait à prendre les devants dans le 6e match, il pourrait très bien faire quelque chose de stupide qui donnerait un avantage numérique au tricolore. Dorsett est toujours à quelques secondes de faire quelque chose qui va nuire à son équipe. Même si ça peut être frustrant pour les fans, c’est clairement un avantage pour le Canadien.

4. L’indiscipline des Rangers


Le Canadien a eu 12 avantages numériques dans ses 2 derniers matchs contre les Rangers. C’est un problème récurrent pour l’équipe d’Alain Vigneault. Il n’y a que les Kings qui ont passé plus de temps sur le désavantage numérique depuis le début des séries.

Rien n’indique que les Rangers se calmeront pendant le 6e match. Cela veut dire que les Canadiens risquent d’avoir en masse de chances de marquer un but en avantage numérique pour un 3e match consécutif.

5. L’avantage de la glace pas si efficace


On parle souvent de l’avantage de la glace en séries, mais est-ce que c’est si important que ça? Pas vraiment. Depuis le début des séries, les Canadiens ont une meilleure fiche sur la route (5-3) que les Rangers au Madison Square Garden (5-4).

Il faut dire que les Rangers n’ont que 2 victoires à leurs 5 derniers matchs à New York. Disons qu’ils ne sont pas imbattables à la maison et on l’a vu dans cette série où les 2 premiers matchs au MSG ont eu besoin d’une prolongation.

6. Ça ressemble à 2009


On a déjà parlé de la ressemblance de cette série avec celle entre les Capitals et les Rangers de 2009. Et bien, depuis ce temps là, la série de 2013 a suivi le même scénario que celle de 2009 alors que les Rangers ont gagné le 4e avant de perdre le 5e match.

On ne sait pas encore si Tokarski va pouvoir imiter Varlamov dans les 2 derniers matchs, mais ce ne serait pas la première fois où l’on verrait Lundqvist se faire éliminer par un gardien recrue qui n’avait presque pas joué dans la LNH auparavant.