5 raisons pour lesquelles les séries de la Coupe Stanley sont les meilleures dans le sport

Drama

Même si le Canadien ne participera pas à la grande danse printannière de la Coupe Stanley cette saison, ce n’est pas une raison de manquer le meilleur deux mois de télé de l’année. Les séries de la LNH, c’est le tournoi le plus dur à gagner, et le show jusqu’à la conquête de ce trophée est un incontournable.

Voici donc les 5 raisons pour lesquelles il ne faut pas rater une minute de l’action qui débutera ce soir.

1- Les rivalités

Même si les matchs 1 et 2 des séries sont parfois un peu plus terne si aucune animosité n’existe entre les deux équipes, à partir du match no. 3, les joueurs se détestent et veulent tous s’arracher la tête. Plus de mises en échecs percutentes se déroulent en une seule soirée d’action qu’en un mois complet de la saison régulière. En jouant face à desw rivaux de division en première ronde, cette haine se crée encore plus vite.

2- Les prolongations interminables

Plusieurs personnes chialent contre les matchs trop long en séries. La vérité, c’est que si t’es un vrai fan de hockey, tu ne peux pas changer de poste lors d’une prolongation en séries éliminatoires, que ce soit la première période ou la cinquième. Chaque sortie de zone devient crucial, chaque revirementpeut coûter le match voire la série à ton équipe et chaque lancer te fait bondir de ton banc. Les joueurs des grandes occasions ressortent toujours lors des prolongations en séries.

3- Les surprises

La première ronde ne se termine jamais sans qu’une surprise majeure se soit produite. Oui, les Capitals ont dominé la saison régulière, mais est-ce que les Flyers sont déjà battus? Pas du tout. C’est la beauté de la parité dans la LNH. Tu peux être l’une des meilleurs équipes de l’histoire pendant 82 matchs, mais si ton adversaire joue mieux que toi au cours de 4 des 7 prochains matchs, ta saison est quand même finie.

4- La création de héros

C’est en séries que l’on apprend la vraie valeur des joueurs. À Montréal, on sait trop bien qu’il y a une immense différence entre un bon joueur en saison régulière et un excellent joueur de séries. Des gars comme Justin Williams, bon en saison sans plus, deviennent des machines de guerre en séries, et comme sa fiche le démontre, il ne sait simplement pas comment perdre un match no. 7. Des carrières sont créées en séries et d’autres en sont ternies à jamais.

5- Le prix au bout de la longue route

Aucun autre sport n’offre des séries éliminatoires aussi excitantes sur une aussi longue période de temps. Dans la NFL, les équipes ne jouent qu’une seule rencontre face à leur opposant, ce qui fait qu’ils n’ont pas le temps de se détester autant qu’au hockey. Dans la NBA, les joueurs n’ont même pas le droit de se toucher sinon ils sont appelés pour une faute. Au baseball, à part de se faire atteindre par une balle d’un lanceur adverse, les contacts physiques sont inexistants. Seul dans la LNH voit-on les joueurs sacrifier leur corps à chaque deux jours pendant 2 mois pour essayer de remporter le plus beau trophée dans le sport.

Voilà ce qui fait des séries éliminatoires de la Coupe Stanley un incontournable, que le CH y participe ou non.