Ce qu’il faut savoir sur Nick Suzuki

Embed from Getty Images

Dans la nuit de dimanche à lundi, le Canadien a finalement mis fin à la saga Max Pacioretty en l’échangeant aux Golden Knights de Vegas contre un choix de deuxième ronde, Tomas Tatar et Nick Suzuki. Tatar pourrait bénéficier du changement d’air après avoir raté son coup à Vegas et on sait qu’un choix de deuxième ronde peut toujours être utile, mais la pièce maîtresse de cette transaction est le centre de 19 ans, Nick Suzuki.

Ce dernier a été le deuxième choix au repêchage dans l’histoire des Golden Knights. Il avait été pris au 13e rang de l’encan de 2017 et son futur semble très prometteur. À 5 pieds 11 pouces, ce n’est pas un gros centre, mais il vient quand même de finir l’année avec 100 points en 64 matchs dans la OHL et s’il ne parvient pas à faire le club cette saison, c’est dans cette ligue qu’il jouera. Il pourrait y être l’un des meilleurs joueurs, si ce n’est pas le meilleur alors qu’il était déjà le quatrième meilleur pointeur de la ligue en 2017-18.

D’ailleurs, avant même le début de la saison, les entraîneurs du circuit l’avaient encensé. Ils l’avaient identifié comme le meilleur manieur de rondelle de la ligue en plus de dire qu’il avait le deuxième meilleur lancer et qu’il était le troisième meilleur fabricant de jeu. C’est donc un joueur élite à ce niveau et ça se suit lorsqu’on regarde les statistiques un peu plus poussées. Il était dans le 99e percentile en ce qui concerne les passes qui menaient à des lancers l’an passé et il excellait aussi pour entrer en zone offensive. Dans ses statistiques, il n’y avait pas vraiment de catégorie où il tirait de la patte.

Bien évidemment, il n’est pas parfait. Selon Corey Pronman de l’Athlétique, sa taille (5 pieds 11 pouces) et son jeu de pieds le retiennent encore un peu. Pronman l’avait quand même placé au quatrième rang des espoirs de Vegas grâce à son intelligence sur la glace et ses aptitudes offensives (il en est maintenant à deux saisons consécutives de 40 buts dans la OHL).

C’est aussi bon de noter que le frère que Nick, Ryan, sera l’un des meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage. C’est donc dire qu’il y a une petite chance que les deux frères soient réunis à Montréal dans quelques mois.

Nick Suzuki se moque de Thatcher Demko

Suzuki s’amuse dans la OHL