Une défaite typique pour le CH

Canadiens
Crédit photo - NHL.com

Les partisans du CH sont restés sur leur faim mardi soir.

Le tricolore s’est incliné 4-2 face aux Maple Leafs. Cette défaite symbolise très bien les déboires du CH depuis plusieurs années.

D’abord, le Canadien a subi la défaite, même s’il a eu le dessus 30-23 au chapitre des tirs au but. Ce sont néanmoins les Leafs qui ont mené au niveau de la possession de rondelle (59%).

Les Canadiens ont eu six jeux de puissance, mais n’ont pas réussi à trouver le fond du filet en avantage numérique. Pire encore: Alexander Kerfoot a marqué en infériorité numérique en deuxième période.

J’ai également retenu deux moments qui illustrent parfaitement les insuccès qui caractérisent le tricolore depuis quelques années.

Le faux dieu

Il est vrai que les Maple Leafs ont obtenu moins de tirs que les joueurs du Canadien. Pourtant, Toronto a eu plusieurs opportunités de trouver le fond du filet. Encore une fois, le CH a peiné à bien protéger Carey Price. L’équipe s’est beaucoup trop fiée sur le talent de son gardien, qui démontre d’année en année qu’il n’est pas infaillible.

Si le tricolore veut connaître du succès, il faut arrêter d’avoir une confiance aveugle en Price. Il est encore un bon gardien, mais il ne peut conduire l’équipe à lui seul jusqu’aux grands honneurs. Hier, il a d’ailleurs eu de la difficulté à mener ses coéquipiers vers la patinoire. Une belle métaphore de la situation du CH sur la glace.

Manque de chance… et de robustesse

Mardi, Alex Belzile s’est mérité une place dans l’alignement de Claude Julien. Le Québécois n’a pas encore disputé une match de saison régulière dans la LNH. Il avait une belle opportunité de se faire valoir, mais n’aura au final passé qu’une minute et 43 secondes sur la patinoire.

En effet, le joueur du CH a subi une rude mise en échec, gracieuseté du défenseur Jake Muzzin. Belzile n’est pas revenu au jeu du reste de la rencontre.

En plus de symboliser la malchance qui caractérise souvent le Canadien, cette séquence illustre aussi un autre problème du CH. Le tricolore manque de robustesse et de joueurs imposants physiquement.

Alex Belzile est loin d’être un nabot, mais malgré ses 6 pieds, il ne fait pas le poids face à Muzzin et ses 6 pieds 3.

Oui, la vitesse est plus importante dans la LNH d’aujourd’hui, mais l’aspect physique n’est pas à négliger, surtout en séries.

À la lueur du match d’hier et des problèmes récurrents du CH, on peut se demander si la présence du tricolore en séries ne sera pas, à l’image de celle d’Alex Belzile hier, de courte durée.