Une aubaine nommée Brendan Gallagher

Le 29 novembre 2014, Marc Bergevin a réalisé ce qui est probablement son meilleur coup à titre de DG du Canadien.

Le CH avait alors accordé une prolongation de contrat de 6 ans à un jeune attaquant nommé Brendan Gallagher. L’ailier droit alors âgé de 22 ans entamait sa troisième saison dans l’uniforme du tricolore. À sa première campagne, le petit joueur originaire d’Edmonton avait récolté 28 points (15 buts, 13 passes) en 44 matchs. En 2013-2014, Gallagher avait inscrit 19 buts, en plus d’amasser 22 passes, en 81 parties.

Plutôt que d’accorder un contrat de transition au fougueux attaquant, comme il l’avait fait pour Subban et Price, le CH a décidé de s’entendre tout de suite à long terme avec Brendan Gallagher.

 

Une progression constante

Celui que le Canadien avait réclamé en 5e ronde lors du repêchage de 2010 n’a jamais déçu. Si on oublie les campagnes 2015-2016 et 2016-2017, durant lesquelles il a été ralenti par des blessures, le numéro 11 n’a cessé de progressé. Il marque plus de buts à chaque saison complète qu’il dispute.

  • 2012-2013 : 15 buts
  • 2013-2014 : 19 buts
  • 2014-2015 : 24 buts
  • 2015-2016 et 2016-2017 : blessures
  • 2017-2018 : 31 buts
  • 2018-2019 : 33 buts

 

Une véritable aubaine

En prenant le pari de le signer pour 6 ans en 2014, Marc Bergevin a réalisé tout un coup de circuit.

Brendan Gallagher vient de connaître deux saisons de 30 buts. Il commande un salaire de seulement 3,75 M$ par année. Mieux encore: il est sous contrat pour encore deux autres saisons.

Le vétéran du canadien n’est plus qu’à 12 matchs du plateau des 500 parties en carrière dans la LNH. À moins de blessures, Brendan Gallagher aura donc disputé environ 650 matchs dans l’uniforme du tricolore en coûtant moins de 4 millions par saison. C’est un excellent rapport qualité-prix pour le CH. On commence toutefois à se demande combien le numéro 11 exigera lors des négociations de son prochain contrat.