Trevor Timmins a peur de recruter des joueurs qui aiment beaucoup les jeux vidéo

Dans une entrevue accordée à la Montreal Gazette, Trevor Timmins affirme qu’il est toujours inquiet lorsqu’un espoir mentionne les jeux vidéo parmi ses passe-temps préférés. Le responsable du recrutement chez le Canadien voit ce hobby comme une possible nuisance pour la récupération et le repos des joueurs. Donc, lorsqu’un prospect lui dit en entrevue qu’il aime les jeux vidéo, celui-ci part avec une prise contre lui aux yeux de Timmins.

Afin de prouver son inquiétude, Trevor Timmins cite l’exemple d’Alex Hemsky. Avant le repêchage de 2001, Timmins, qui travaillait alors pour les Sénateurs, avait rencontré Hemsky et ce dernier avait affirmé qu’il jouait aux jeux vidéo jour et nuit, ce qui avait passablement refroidi Timmins. D’ailleurs, le CH avait plutôt opté pour Mike Komisarek au 7e rang de la première ronde cette année-là. Les Sens avaient eux sélectionné Jason Spezza au 2e rang.

Hemsky avait finalement été réclamé au 13e rang par les Oilers. L’attaquant tchèque a récolté 30 points en 59 matchs lors de son année recrue . Il a connu quelques bonnes saisons à Edmonton, dont un sommet de 77 points en 81 matchs lors de la saison 2005-2006, avant de voir sa production diminuer drastiquement. Plusieurs blessures ont aussi contribué à ralentir Hemsky, qui a par ailleurs signé avec le Canadien en juillet dernier. Celui-ci n’a récolté aucun point en 7 rencontres et il serait hautement surprenant de le revoir à Montréal la saison prochaine.

 

Hemsky: un mauvais exemple

Premièrement, ramener l’exemple de Hemsky n’a rien d’un coup de génie de la part de Timmins. D’abord, ça fait mal paraître l’organisation du tricolore qui a tenté sa chance avec lui la saison dernière (avec les résultats qu’on connaît). Ensuite, il faut tout de même préciser que Hemsky a réussi une saison de 77 points; une exploit qu’aucun joueur repêché par Timmins à Montréal n’a jamais réussi. En fait, aucun joueur sélectionné par le CH depuis l’arrivée de Timmins n’a atteint le plateau des 70 points en une saison.

 

Plusieurs excellents joueurs de la LNH sont friands de jeux vidéo

De plus, Timmins semble avoir une vieille mentalité quant à la «mauvaise influence» des jeux vidéo sur les performances des joueurs. En effet, la nouvelle génération de vedettes de la LNH semble raffoler des consoles et jeux en ligne. Pourtant, on ne cesse de dire que les jeunes joueurs prennent de plus en plus de place dans la ligue.

 

Patrik Laine et les Jets

Chez les Jets, Patrik Laine est un grand amateur de jeux vidéo. L’attaquant finlandais a d’ailleurs affirmé lors des plus récentes séries qu’il jouait toujours avant un match, que ça faisait partie de sa routine. Il n’est pas le seul à Winnipeg non plus. Nikolaj Ehlers et lui passent pas mal de temps sur la Playstation, alors que d’autres joueurs des Jets préfèrent la Xbox.

Are you Team Xbox or Team PlayStation? 🤔🎮

A post shared by TSN (@tsn_official) on

Ça n’a pas empêché Laine de récolter 70 points dont 44 buts cette saison, pendant qu’Ehlers  en a obtenu 60 (29 buts, 31 passes). Malgré la présence de plusieurs gamers au sein de la formation, Winnipeg a tout de même réussi à terminer la saison au 2e rang de toute la ligue avec 114 points.

 

Mitch Marner et les Maple Leafs

Chez les Leafs aussi il y a quelques amateurs de jeux vidéo parmi les jeunes loups de cette formation dont l’avenir semble brillant. Mitch Marner, le meilleur pointeur des Leafs cette saison avec 69 points, a avoué au Sharp Magazine être un passionné des jeux en ligne. Il dit jouer régulièrement avec des amis d’autres villes ou d’anciens camarades de classe.

Il est notamment un grand fan de Call of Duty, auquel il a beaucoup joué avec des coéquipiers tels qu’Auston Matthews.

En parlant d’Auston Matthews, le joueur-étoile des Maple Leafs n’est peut-être pas le meilleur à Call of Duty, ni à Fortnite, mais il a remporté le tournoi de NHL18 disputé parmi les joueurs des Leafs.

Malgré tout ce temps consacré aux jeux vidéo, Matthews ne se débrouille pas trop mal sur la patinoire. Il a récolté 132 points, dont 74 buts, en 144 matchs depuis son arrivée dans la LNH.

 

Les Capitals, les Golden Knights et Mario Kart

Même les deux équipes qui de disputent actuellement la finale de la Coupe Stanley aiment se détendre en jouant aux jeux vidéo.  Dans un article rédigé pour le Washington Post, Isabelle Khurshudyan a rapporté que les Capitals et les Golden Knights partagent une passion commune pour le jeu Mario Kart, version Nintendon 64. Plusieurs joueurs des deux formations y jouent durant leur temps de repos. C’est le défenseur Nate Schmidt qui aurait amené cette tradition à Las Vegas, après l’avoir implanté à Washington l’an dernier.