Tout ce que tu veux savoir sur les offres hostiles

Embed from Getty Images

À l’exception de Keith Kinkaid, Marc Bergevin n’est pas parvenu à ajouter un joueur qui peut aider son équipe cette année lors du 1er juillet. C’est ironique considérant que le DG du Canadien a signé un joueur étoile qui pourrait changer le futur de l’équipe s’il se joignait à l’organisation, mais c’est la joie des offres hostiles.

En signant Sebastian Aho à une offre hostile lundi, Marc Bergevin a fait plaisir à bien des partisans puisque c’est un outil qui est souvent demandé par les fans qui comprennent un peu plus la convention collective. Ceci étant dit, ça reste un outil très rarement utilisé et ça fait en sorte que beaucoup d’amateurs ne comprennent pas parfaitement quels sont tous les détails de ce processus, ce qui est bien normal.

J’ai donc décidé de répondre à cinq questions qui résument pas mal celles que je vois passer sur le web, mais qui m’ont aussi été demandées en personne au cours de la journée. Le but est d’éclaircir un peu la situation et permettre à tout le monde de mieux comprendre dans quoi le CH s’est embarqué.

1 – C’est quoi une offre hostile?

En gros, une offre hostile, c’est comme une signature d’agent libre. La seule différence, c’est que dans le cas des offres hostiles, l’agent libre en question est avec restriction, ce qui donne le droit à son équipe actuelle d’égaler l’offre qu’il a acceptée sur le marché des agents libres. C’est donc dire que pour qu’une offre hostile devienne officielle, il faut que le joueur en question accepte la proposition de contrat.

Une fois que le contrat est accepté, l’équipe initiale (dans ce cas-ci, les Hurricanes) a sept jours pour égaler l’offre. S’ils le font, ils sont responsables du contrat que le joueur a signé sur le marché des agents libres. S’ils n’acceptent pas d’égaler, ils reçoivent une compensation pré-établie par la convention collective et le joueur se joint à sa nouvelle équipe.

Pour Aho, le Canadien est allé au maximum de ce qu’ils pouvaient offrir en limitant la compensation à des choix de première, deuxième et troisième ronde. S’ils avaient offert un peu plus, ils auraient eu à verser un autre choix de première ronde si les Canes avaient passé leur tour. Si l’offre comprenait un salaire moyen de plus de 10,569 M$, on parle de quatre choix de première ronde en compensation.

C’est important de noter que ces choix doivent tous provenir de l’équipe qui signe le joueur et qu’ils ne peuvent pas être protégés contre la loterie. Par exemple, si les Canes passaient leur tour, le Canadien ne pourrait pas envoyer le choix de deuxième ronde des Hawks qu’ils ont obtenu dans l’échange d’Andrew Shaw. Ils devraient envoyer le leur.

Dans ce cas-ci, Sebastian Aho était un candidat intéressant puisqu’il est trop jeune pour avoir le droit à l’arbitrage, ce qui veut dire que la menace d’offre hostile était sa seule technique de négociation. Malheureusement pour lui, ça arrive tellement rarement que ce n’était pas tellement crédible (jusqu’à ce que ça devienne officielle) et ça faisait en sorte que les Canes maintenaient une ligne dure dans leurs propositions. C’est cette ligne dure qui a ouvert la porte pour que l’agent teste vraiment le marché, ce qui a souri au Canadien.

2 – Pourquoi 5 ans?

La durée du contrat que Sebastian Aho a accepté est de cinq ans, ce qui est significatif pour deux raisons. Tout d’abord, ça fait en sorte que Sebastian Aho devient un agent libre sans restriction le plus jeune possible à la fin de ce contrat.

C’est aussi important qu’une offre hostile ne dépasse pas cinq ans parce que la moyenne des salaires pour établir la compensation est calculée sur cinq ans si le contrat est plus long que ça. C’est donc dire que si le Tricolore avait proposé le même salaire annuel moyen (8,454 M$), mais sur un contrat de sept ans, la compensation obtenue par les Canes s’ils avaient décidé de passer leur tour aurait été de quatre choix de première ronde. Ça aurait été parce que la valeur totale du contrat aurait été de 59,178 M$ et en le divisant par 5, on obtient un plus gros salaire que 10,569 M$.

Bref, si tu ne trippes pas sur les maths, il faut que tu comprennes qu’une offre plus longue de cinq ans n’a pas vraiment de sens quand on parle d’offre hostile et c’est à l’avantage des joueurs puisque ça les mène directement à l’autonomie complète.

3 – Qu’est-ce qui se passe si les Canes égalent l’offre?

La grosse question dans le dossier Sebastian Aho est maintenant de savoir si les Hurricanes vont égaler l’offre. Si c’est le cas, c’est plutôt simple d’expliquer ce qui va se passer. Le contrat que Sebastian Aho a signé avec le Canadien va encore être bon, mais il va rester avec les Hurricanes, qui vont le payer. Bref, l’attaquant finlandais connait déjà son salaire pour les cinq prochaines années, mais il ne sait pas encore si ce sont les Hurricanes ou les Canadiens qui vont le payer.

Un détail intéressant à savoir est que la Caroline ne pourra pas échanger Sebastian Aho pendant 12 mois s’ils égalent l’offre. C’est là que la fameuse structure des bonus de signature entre en jeu parce que les Canes ne peuvent pas égaler l’offre simplement pour garder l’atout et l’échanger à leur prix. Comme le premier bonus de signature est dû cinq jours après officialisation du contrat et que le deuxième sera versé le 1er juillet 2020, les Canes n’auront pas le choix de payer eux-mêmes le 21 M$ de bonus de signature qui est inclus dans cette offre hostile. C’est un montant qu’ils ne pourront pas éviter et le pari du Canadien est que le propriétaire des Canes ne veut pas s’engager à payer une facture aussi salée si rapidement que ça.

4 – Et s’ils ne l’égalent pas?

Comme c’est souvent le cas avec les offres hostiles, c’est plus probable que les Canes égalent, mais si ce n’est pas le cas, c’est là que les offres hostiles se transforment en échange. Dans ce cas-ci, le Canadien mettrait la main sur Sebastian Aho et ils enverraient leurs choix de première, deuxième et troisième ronde lors du repêchage de 2020. Même s’ils risquent de le perdre comme agent libre dans cinq ans, ce serait un vol et c’est exactement l’attrait des offres hostiles même si la probabilité d’avoir le joueur est relativement faible.

5 – Combien de temps ça va prendre avant de le savoir?

Le compte Twitter des Hurricanes semble assez clair par rapport à la volonté de l’équipe d’égaler le contrat de Sebastian Aho, mais avec les offres hostiles, l’équipe visée a officiellement sept jours pour répondre. Don Waddell a déjà indiqué qu’il allait probablement prendre son temps pour nuire le plus possible au Canadien (parce que ça affecte leurs plans de ne pas savoir ce qui va se passer avec Aho), donc il faut s’attendre à une conclusion lundi prochain même si c’est possible que ce soit avant.

J’espère que ça a répondu à toutes tes questions et doutes, mais si tu en as d’autres, n’hésite pas à me les poser sur Twitter.