Sergei Gonchar doit réintégrer l’alignement du CH régulièrement

Canadiens
Sergei Gonchar

Avant le match d’hier, Sergei Gonchar n’avait pas disputé de rencontres depuis le 12 mars et cette séquence ne fait pas de sens. Michel Therrien prend souvent des décisions qui lui sourie, mais celle-là est dur à comprendre.

Il est vrai qu’à 40 ans, le défenseur russe mérite du repos ici et là, mais en aucune façon méritait-il de se faire rayer de l’alignement pour 10 rencontres consécutives. Son jeu n’était pas à son meilleur lors de son retrait du lineup, mais là, il mérite amplement d’être dans le top 6 des défenseurs du Canadien à chaque match.

Voici donc 4 raisons pourquoi Michel Therrien doit le réintégrer dans son alignement de façon permanente.

1- Son expérience en séries

Gonchar a disputé 141 matchs en séries éliminatoires en carrière dans la LNH. C’est plus que les 6 défenseurs de l’alignement actuel du CH réunis (126). Tout le monde sait bien que les séries sont stressantes pour les jeunes joueurs et la présence d’un vétéran comme Gonchar sur le banc a l’effet de calmer tous les jeunes joueurs.

Si on veut qu’il entre en séries en pleine confiance, Michel Therrien doit lui donner quelques matchs de saison régulière en préparation, afin qu’il retrouve la fraction de seconde du jeu rapide de la LNH. Il ne reste que 3 matchs de saison régulière à jouer, alors le plus tôt sera le mieux.

2- Beaulieu est meilleur avec lui

Comme par hasard, Nathan Beaulieu traverse une période plus difficile depuis le retranchement de Gonchar de l’alignement. Beaulieu ne se cache pas pour affirmer que Gonchar est son mentor et qu’il est la raison principale de son essor cette année. Cette paire a d’ailleurs été très efficace comme deuxième duo du tricolore pour une bonne portion de la saison. Je trouve assez ridicule qu’on ait brisé cette paire pour faire plus de place à Petry et Gilbert, alors que tout allait pour le mieux chez le CH à ce moment.

Beaulieu aura assurément un rôle assez important pendant les séries et ce serait un grand plus pour Montréal s’il joue avec confiance. Il n’y a pas d’autre solution que de le jumeler à Gonchar une fois de plus.

3- Son apport offensif

En 141 matchs éliminatoires, Gonchar a récolté 90 points en carrière. Nous savons tous que l’offensive est le point faible du CH et qu’un meilleur support des défenseurs pourrait jouer un grand rôle dans ce déblocage. Subban et Markov sont excellents, mais ils ne peuvent tout faire seuls.

En plus, sa présence sur le deuxième avantage numérique est souhaité alors que rien ne va plus en supériorité numérique pour Montréal.

4- Son temps de jeu

Les défenseurs de sa trempe adorent jouer beaucoup de minutes. Ils se sentent plus impliquer dans le match et ont moins le temps de perdre le beat du match en passant de longues périodes sur le banc. Lorsqu’il s’est joint aux Canadiens en début de saison, Gonchar jouait régulièrement entre 19 et 22 minutes par match et il était à son meilleur. Tout le monde était surpris de le voir évoluer autant avec une aussi grande qualité de jeu. Alors que plusieurs le pensaient fini, il a prouvé qu’il pouvait jouer un rôle important à la ligne bleue montréalaise.

Au cours de ses 5 derniers matchs disputés, sa moyenne a chuté à 13 minutes de temps de jeu par rencontre. Il n’est pas trop difficile d’expliquer son inconstance au cours de ces rencontres. En évoluant près de 20 minutes, il coupe dans les minutes des 5e et 6e défenseurs du club et cela se ressent sur la défensive en générale du CH.

Question pour Michel Therrien: Penses-tu trop souvent au futur de l’équipe plutôt qu’au présent?