Qu’est-ce Alexis Lafrenière pourrait apporter au Canadien?

Embed from Getty Images

Ce matin, j’ai écrit sur Alexis Lafrenière et l’impossibilité du Canadien de briser son développement. Je n’avais pas le goût d’arrêter de rêver, donc je me suis mis à imaginer ce que Lafrenière pourrait apporter au Canadien.

Bien évidemment, il y a tout l’aspect hors-glace qui viendrait avec une vedette québécoise, mais je voulais surtout me concentrer sur le joueur de hockey qu’est Alexis Lafrenière.

La meilleure façon d’entrevoir une contribution d’un espoir est de le comparer à un joueur actuel de la LNH. Donc, à quel joueur pourrait-il être comparé? Je crois que Jonathan Huberdeau serait une comparaison honnête en date d’aujourd’hui et pas seulement parce qu’il est québécois. Ce sont deux ailiers gauches de gabarit similaire avec un talent incroyable qui produisent offensivement comme s’il n’y avait pas de lendemain.

Cela dit, je crois que Lafrenière pourrait bien dépasser Huberdeau en termes de production offensive. Son potentiel est supérieur. Il ne deviendra peut-être pas un Crosby/McDavid/MacKinnon, mais il a selon moi le potentiel de devenir meilleur encore que des joueurs comme Auston Matthews ou Mitch Marner. Il a davantage l’étoffe d’un gagnant selon moi. Cependant, tous les éléments devront être en place pour que la jeune vedette puisse s’épanouir à son maximum.

J’ai vu plusieurs questionnements ressurgir sur les réseaux sociaux par rapport à la pression néfaste que pourrait subir Lafrenière s’il aboutissait finalement à Montréal. Pour citer André Tourigny lors de l’émission spéciale de la loterie : « Lafrenière, la pression y met ça dans ses pneus! ». Tourigny a notamment dirigé l’attaquant québécois au championnat mondial junior.

On ne peut pas nier que les médias locaux ont tendance à mettre une pression supplémentaire sur les épaules des Québécois. Le cas de Jonathan Drouin en est un excellent exemple et il y en a pleins d’autres, mais Lafrenière carbure à la pression.

C’est un gagnant qui se lève dans les grands moments et il sera adulé au Centre Bell. Comme tout le monde, il aura de moins bonnes soirées et donc, il recevra des critiques, mais le jeune est intelligent. Il est déjà conscient de tout ça. Il connaît la game et il est prêt à la jouer. Je peux vous l’assurer : Jouer à Montréal ne lui fait pas peur. D’autant plus qu’il arriverait dans une équipe jeune qui se veut justement en retool (ou peu importe le mot que vous choisirez) et la pression de remporter une Coupe Stanley ne sera pas réelle avant quelques années.

Il aura le temps de s’acclimater et de développer une chimie avec les Suzuki, Kotkaniemi, Caufield et autres jeunes du club. C’est sans négliger le fait qu’il sera épaulé par Papa Weber en partant. Son coup de patin a beau avoir ralenti un peu, son professionnalisme et son éthique de travail sont encore irréprochables. Avoir un Shea Weber comme modèle pour Lafrenière, ça n’a pas de prix. Bref, oubliez ça la « pression » pour Lafrenière. Il en consomme deux caisses pour le petit déjeuner.

Qu’advient-il si le CH joue de chance et repêche Lafrenière? C’est simple, ils auraient leur ailier gauche de 1er trio pour la saison 2020-21! Avec qui il jouerait, ça, c’est la vraie question!

La position d’ailier gauche deviendrait possiblement contingentée et ça donnerait de bons outils à Marc Bergevin pour compléter une transaction pour un bon défenseur gaucher. Son nom a souvent circulé et je crois que Max Domi pourrait être l’agneau sacrifié. Sinon, Tomas Tatar écoulera la dernière année de son contrat, donc il pourrait devenir un bon candidat également!

Lafrenière-Suzuki-Drouin
Tatar/Domi-Danault-Gallagher
Lehkonen-Kotkaniemi-Armia
Byron-Poehling-Evans

Et éventuellement, ajoutez Cole Caufield à ce groupe.

Qui dit oui?