Plusieurs joueurs du CH pourraient battre un record d’équipe peu enviable

Canadiens

La saison du Canadien ne va vraiment pas bien. L’équipe reprend du service ce soir à St-Louis contre les puissants Blues et bien peu prédisent une victoire du tricolore. De nombreux partisans ont lancé l’éponge, malgré le fait qu’il reste 33 matchs à la saison du CH. De plus, cette saison de misère pourrait se traduire en une nouvelle marque de médiocrité pour certains joueurs de l’équipe.

Actuellement, trois joueurs du Canadien font partie des six pires de la ligue dans la colonne du différentiel. Alex Galchenyuk(-24), Jonathan Drouin(-22) et Jeff Petry(-22) ont beau être encore loin du pire différentiel de la ligue (Oliver Ekman-Larsson: -36), ils se rapprochent néanmoins dangereusement d’un record d’équipe.

La statistique du différentiel n’est certes pas la plus fiable pour évaluer l’apport d’un joueur, mais il demeure que lorsqu’on plonge ainsi dans les extrêmes, ça dresse un portait plutôt fidèle des performances défensives d’une équipe et de ses joueurs.

 

Un record de Patrice Brisebois bientôt battu?

Le +/- est comptabilisé par la LNH depuis la saison 1959-1960. Comme l’a rapporté le journaliste Martin Leclerc sur les ondes du 91,9, mardi matin: en près de 60 ans, la marque du pire différentiel en une saison pour un joueur du Canadien appartient à Patrice Brisebois. Le défenseur québécois avait terminé la campagne 2000-2001 avec une fiche de -31. Le deuxième pire différentiel revient à Sheldon Souray (-28 en 2006-2007).

À titre comparatif, Larry Robinson possède le meilleur différentiel en une saison pour un joueur du CH. Il avait terminé la saison 1976-77 avec une fiche de +120! La même année, Steve Shutt et Guy Lafleur avaient chacun conclu avec +89 et Serge Savard avec +79. Il s’agit des quatre meilleurs différentiels de toute l’histoire du tricolore.

Le record de la ligue appartient à nul autre que Bobby Orr(+124 en 1970-71). Du côté négatif, c’est le défenseur des Capitals Bill Mikkelson qui détient le record avec une fiche de -82 récoltée lors de la saison 1974-75. Cette marque de médiocrité ne devrait pas être atteinte par aucun joueur du Canadien ou de la LNH cette saison. Toutefois, si on analyse la ligue sur une période plus récente, Galchenyuk, Drouin et Petry ne sont pas loin des pires différentiels du hockey moderne. Depuis la saison 2000-2001, l’attaquant des Penguins Rico Fata est en dernière place avec une fiche de -46 à l’issue de la saison 2003-2004. Tyler Wright, des Blue Jackets est avant-dernier avec -40 en 2001-2002.

 

Une défensive améliorée?

Espérons pour le tricolore que la fin de saison permettra à ses joueurs d’améliorer leur différentiel. Il pourrait être très gênant de conclure la campagne avec un record négatif. La plus grande honte revient néanmoins à l’état-major de l’organisation. Marc Bergevin risque de regretter très longtemps d’avoir affirmé que la défensive du Canadien était meilleure cette année que l’an dernier.

Les défenseurs du Canadien ont pour l’instant un différentiel cumulatif de -39. L’an dernier, la brigade défensive du tricolore avait conclu la saison avec une fiche cumulative de +51. Il y a un manque à gagner de 90 points. La pente est donc pas mal abrupte pour que l’équipe réussisse à donner raison à son directeur général.