Pacioretty et Gallagher s’illustrent chez le Canadien

pacioretty-gallagher

Ce matin, je n’ai pas été tendre envers le Canadien de Montréal avec l’aide des statistiques avancées. Comme le Canadien suit toujours un mauvais match avec une bonne performance, je me suis dit que je pourrais faire la même chose en suivant avec un article positif sur le club avec l’aide des statistiques du même genre.

De ce côté, les deux joueurs du Canadien qui se démarquent sont les deux ailiers du premier trio de l’équipe; Brendan Gallagher et Max Pacioretty. Les deux joueurs du tricolore font partie du top 10 de la ligue au niveau du Corsi relatif. Ce chiffre calcule la différence entre le Corsi lorsque les joueurs sont sur la glace et lorsqu’ils sont sur le banc.

Corsi relatif

Le fait que ces deux joueurs se retrouvent si haut nous indique qu’ils font partie des joueurs qui font le plus la différence lorsqu’ils se retrouvent sur la glace. Bref, ce sont des game changers pour le Canadien cette année.

C’est une excellente nouvelle puisque sans trop faire de bruit, le club compte sur une première ligne qui est capable de faire la différence lorsque ça compte. Ça ne parait peut-être pas nécessairement au niveau des points, mais ça devrait suivre si l’on se fie à ses chiffres de possession de rondelle. C’est quelque chose qui était rare chez le Canadien au cours des dernières années et c’est plaisant de voir que cette disette semble être terminée.

Ce qui est encore plus encourageant pour le Canadien, c’est que les deux joueurs réussissent cela avec une utilisation avantageuse, mais pas de façon incroyable. En effet, Therrien utilise les gars en zone offensive plus souvent que les autres attaquants de l’équipe, mais il ne les isole pas contre de la compétition plus faible comme on peut le voir dans le graphique d’utilisation des joueurs qui nous vient d’ExtraSkater.

PUC

On se rappelle que l’axe horizontal calcule le % de mises au jeu en zone offensive pendant que l’axe vertical est là pour estimer la qualité de la compétition affrontée.

Comme on peut le voir, à l’exception du duo Plekanec-Gionta qui a toujours la tache d’affronter les meilleurs trios adverses, ce sont Pacioretty et Gallagher qui affrontent les meilleurs joueurs adverses.

Ma théorie pour expliquer ce phénomène est assez simple; les équipes adverses ont remarqué que les deux ailiers sont les meilleurs joueurs offensifs et ils les forcent à affronter leurs meilleurs défenseurs.

Si c’est le cas, c’est vraiment impressionnant de voir les deux joueurs se démarquer autant de leurs coéquipiers. Ça veut dire que cesont ceux qui contrôlent le plus la rondelle en zone offensive, et donc qui créent le plus de chances de marquer, malgré le fait qu’ils affrontent les meilleurs défenseurs adverses la plupart du temps.

Bien évidemment, les mauvaises langues pourront dire que c’est un signe du manque de profondeur de l’équipe parce que quand ces deux gars là sont sur le banc, le club est moins souvent en zone offensive et pas juste un peu. Toutefois, on aime mieux se concentrer sur le positif en se disant que Pacioretty et Gallagher font tout un travail pour le tricolore cette saison.