Michel Therrien sur le plateau de l’Antichambre

Canadiens
michel-therrien-brendan-gallagher
michel-therrien-brendan-gallagher

L’entraîneur-chef du Canadien de Montréal Michel Therrien était de passage à l’émission l’Antichambre sur les ondes de RDS, lundi dernier. Le pilote du Tricolore a donc tenté de répondre le mieux possible aux questions des panélistes.

Entre autres, Therrien a parlé de ses objectifs, de la composition de ses trios et, également, quelques autres aspects de son rôle avec le club montréalais. Celui-ci a été très volubile avec ses anciens collègues.

Michel Therrien n’a pas passé par quatre chemins pour mentionner ses objectifs. «On s’en va avec la mentalité que l’on veut faire les séries éliminatoires. Il y a 15-20 ans, tu avais quelques équipes presque assurées de faire les séries, maintenant, ce n’est plus ça. Avec la parité dans la Ligue nationale, c’est très difficile de faire les séries. Ça prend beaucoup de constance au niveau de ton jeu durant la saison, ton équipe ne doit pas être trop affectée par les blessures, il y a plusieurs facteurs.»

«Le but ultime comme les 30 équipes de la Ligue nationale de hockey, c’est de gagner la coupe Stanley. On ne se le cachera pas. Avant d’atteindre le but ultime, tu dois franchir des étapes. Lorsque tu es en séries éliminatoires, tu dois gagner la première ronde, la deuxième… c’est comme ça», a ajouté l’entraîneur-chef du CH.

Therrien a une perception depuis fort longtemps en lien avec les joueurs de centre et les ailers. «Un joueur de centre est toujours capable de s’adapter à jouer à l’aile, mais l’ailier a beaucoup de difficultés à jouer au centre. Donc c’est la profondeur de notre équipe. Elle va profiter de ça.»

Évidemment, l’individu derrière le banc des Glorieux a glissé quelques mots au sujet du nouvel homme fort qui s’est joint à l’équipe l’été dernier.

«Un gars comme (George) Parros, c’est une présence au sein de notre formation. Une chose que l’on avait pas l’année passée. […] On a discuté pour savoir si Marc (Bergevin) était en mesure de faire quelque chose, que ce soit par une transaction ou par le marché des agents libres. C’était une chose à laquelle on s’était penché et on a fait une transaction avec les Panthers de la Floride.»