Marc Bergevin explique sa perception d’un offer sheet

Canadiens
fan club pour adulte canadiens - officiel - credit: 25stanley

Samedi pendant l’entrainement des Penguins de Pittsburgh, Marc Bergevin a offert une séance de questions-réponses aux membres du fan club pour adultes officiel des Canadiens de Montréal. Ce fan club se somme Première Ligne. Ça coute 99$ pour en faire partie. En direct des estrades du Centre Bell, l’annonceur maison des Canadiens, Michel Lacroix, a animé cet événement. Chris Nilan est aussi venue faire son tour.

Michel Lacroix discute avec Chris Nilan

chris nilan - canadiens - credit: 25stanley

Beau track suit Chris!

Les partisans présents ont surtout posé des questions générales. Il n’y a pas eu de déclarations significatives. Alors pour régler un dossier tout de suite, Marc Bergevin n’a pas donné son avis sur Ryan Getzlaf ou Corey Perry. Il n’a pas eu de questions-réponses qui feront débouler des rumeurs de transactions. Puisque la date limite des échanges arrive à grands pas (mercredi 3 avril 2013), sachez que Marc Bergevin a profité du passage du club de Pittsburgh pour avoir une longue discussion avec l’excellent directeur-gérant des Penguins Ray Shero dans ces mêmes gradins.

Marc Bergevin vs Offer Sheet

michel lacroix - marc bergevin - credit: 25stanley

Un puck-junkie du 25stanley a assisté à cette séance du fan club Première Ligne. En plus de prendre quelques photos, il a posé la question suivante à Marc Bergevin:

Lorsqu’un directeur-gérant fait un offer sheet (en lien avec le dossier de Ryan O’reilly), est-ce que cela affecte sa réputation auprès de ses confrères de la ligue? À long terme, est-ce que Jay Feaster, par exemple, s’est barré des portes?

Marc Bergevin a répondu qu’un offer sheet fait partie de la business de directeur-gérant. C’est permis, c’est légal. C’est du business as usual. Lorsqu’un dg fait un offer sheet, il n’y a aucuns impact ou représailles futurs à cause de ce geste. Est-ce qu’on peut en déduire que Marc Bergevin serait «game» de faire un offer sheet si la bonne opportunité se présentait?

Offer Sheet Ryan O’Reilly

ryan oreilly - avalanche - credit: ryan_oreilly90

Jay Feaster peut dormir en paix. À moins que son offer sheet lui coûte son propre job. Pour ceux qui n’étaient pas au courant, l’offer sheet des Flames aurait fait de Jay Feaster la risée de la ligue. Ryan O’Reilly aurait dû passer par le ballotage avant de se joindre aux Flames. Si l’Avalanche avait refusé de signer Ryan O’Reilly, les Flames auraient cédé un choix de 1re ronde et de 3e ronde aux Avs, pour ensuite voir une équipe poche réclamer Ryan O’Reilly. Voyez-vous, ROR a joué dans la KHL après le début de la saison dans la LNH. Un règlement exige que tous les joueurs signés après le début de la saison de la LNH doivent passer par le ballotage. Ces dernières années, cette règle est entrée en jeu lorsque les Red Wings de Detroit ont essayé de signer le gardien Evgeni Nabokov après avoir cessé de jouer dans la KHL et les Islanders de New York l’ont réclamé. L’équipe avec la pire fiche dans la NHL a le premier choix et ainsi de suite. Cette situation s’est aussi produite avec Kyle Wellwood et Antti Miettinen.

Pour finir, Ryan O’Reilly a offert ses excuses sur Twitter en fin de semaine. C’est touchant… Pas vraiment.

Very excited to join back up with the boys. Can’t wait to get on the ice and play in front of the great avalanche fans again. Sorry to everyone about the situation. I’m very glad to say that it is over and i now can focus on what I love to do. Thank you very much to Doug Stacey, The Hunter family and London Knights for allowing me to skate and train with them during everything.

Dimanche, lors de son premier match avec l’Avalanche, il a marqué dans son propre but. J’ai comme l’impression que Ryan O’Reilly est le genre de joueur qui va continuer de faire la une d’ici la fin de la saison.